Il n'existe pas qu'une seule terre. Certes, la planète bleue est très belle, mais il existe des passages vers un autre monde : Fantasy World
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 End of an era

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Jeu 21 Mai - 21:28

Une soirée sympa, ça devait toujours se finir en catastrophe non ? Quelle était celle qui allait leur tomber sur le coin du nez cette fois ? Pour Isaki se fut tous simplement sa famille, qui ne tardèrent pas à vouloir tout bonnement et tout simplement la faire engrosser.

- Je vais te chercher une assiette ! lancèrent-ils parfaitement synchrones
-Une seule suffira ! Pas les quatre ! Cria-t-elle.
- Tu dois manger pour deux.
- Sans parler du fait de rattraper tout ce que tu as perdu...
- Donc quatre assiettes seront parfaites !
- Vous savez que je sais toujours me servir de mes pouvoirs ?
-Pourquoi elle dit ça ?
-Parce qu’elle veut nous cramer les fesses.

Ils finirent par monter tous sur scène et Isaki sourit à toutes les personnes face à elle. Elle appréciait vraiment ses amis, c’était sa famille. Et elle voulait que les enfants qui avaient perdus leurs parents, puissent avoir la chance de connaitre une famille de cœur comme la sienne. Ça elle pouvait le faire pour les enfants. Cela lui ferait du bien de se rappeler un peu les bonnes valeurs. Et aux autres aussi.

La soirée continua sur des bonnes notes. Isaki dansa et dansa encore. Elle s’amusait comme une petite folle, et dansait avec tout le monde. C’était une bonne entente entre tout le monde, mais tout le monde se tenait à carreau. C’était magnifique, parce qu’il n’y avait pas de débordement. Ils avaient vécus trop de de violence, pour vouloir y retourner.
Isaki continuait à danser et elle commença à tanguer doucement. Ergaïl sourit et vient la prendre dans ses bras.
-Je crois que tu commences à fatiguer. Il faut que tu te ménages quand même un peu. Il est 7h du matin.
-Je crois que finalement, dormir ne nous fera pas de mal.
-Je nous ramène.

Elle sourit, doucement et acquiesça. Il la prit dans ses bras et elle ferma les yeux pour passer au travers de l’obscurité avec son petit ami, qui les ramena chez le sage pour se reposer. Il l’avait à peine déposé dans le lit qu’elle dormait déjà. Il sourit et l’embrassa délicatement avant de dormir à son tour.

**
*

Le lendemain, ergaïl vient la secouer doucement.
-Mon amour ?
-…mmmmmh…
-Il faut se lever.
-Demain d’accord ?
-Non, il est bientôt onze heure et tu as dis vouloir prendre le petit déjeuné là-bas.
-Je vous déteste.
-Allez on se lève.

Elle finit par accepter, et se leva en grognant pour aller prendre une douche. Elle revint un peu plus fraiche, vêtue d’un jean, de ballerines, et d’un haut en dentelle blanc. Elle était toujours un peu dans le gaz, mais au moins, elle tenait debout.
-On est partis.

Ils arrivèrent dans le temple par le portail, ou tout le petit groupe s’était déjà réunie. Elle sourit, à son frère quand il lui apporta les croissants.

-mmmh… C’est divin. Ça faisait trop longtemps.

Le petit déjeuné se déroula sans accroc, ses amis rigolaient et elle allait bien. C’était agréable. Quang prit la parole.
- J'ai réfléchis à ce que tu m'as dit hier, alors je ne sais pas si tu nous permets de participer à la réflexion sur le prénom de ta future fille, mais je trouve que Yui ou Hina lui irait bien.

Tout le monde redressa immédiatement la tête. C’était une conversation appréciée.
-et pourquoi pas Lilly ? sourit Liam
-c’est joli. Sourit clark

Ergaïl et isaki se sourirent.
-Oui, c’est vrai, et pourquoi pas Cassandra ? répondit Ergaïl plus européen
-Ou Mitsumi ? Belle lumière
-Ou alors Tohru

Ils continuèrent comme ça pendant une dizaine de minutes avant qu’Isaki ne les arrête.
-Et si on s’arrêtait là pour le moment, ce n’est pas tout, mais je comptais passer voir ma famille. Qui m’accompagne ?
-Moi bien sûr. Assura Liam

Elle sourit aux autres.
-Restez ici tranquillement, on se retrouve plus tard.

Elle embrassa Ergaïl et Liam les ramena chez eux
Ils réapparurent dans la rue derrière chez les parents de la jeune femme. Cela faisait longtemps qu’Isaki et Liam n’avaient pas revus leur famille, ils allèrent toquer à la porte, ce fut leur mère qui ouvrit… et qui se mit à crier. Par réflexe le frère et la sœur se retournèrent en garde, Liam s’avança devant sa sœur. Mais il n’y avait rien derrière eux. Liam se retourna vers sa mère.
-Non mais ça ne va pas d’hurler ainsi. Pourquoi d’ailleurs ?
-I … Isaki …
-Oui ? Je suis vivante, merci.

Ils lui avaient pourtant dis qu’elle était de retour. Qu’est-ce que la magie avait fait là dedans ?
-Tu es enceinte !!!!!!

Oh mon dieu, ils avaient oubliés ça ? Non quand même pas. La jeune femme eut un sourire crispé.
-Euh … surprise.

Elle prit son portable, elle ne voulait pas gérer d’urgence pour le moment. Elle expira lentement et tapa rapidement un message pour quang et Ergaïl.

*911, on a merdé là*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Sam 23 Mai - 10:30

La soirée était véritablement magique. Non pas parce qu'elle se passait dans le GS, mais parce que toutes les personnes présentes en profitaient dans un très bon esprit. Voir que tous ces guerriers savaient profiter des moments simples de la vie était la plus belle des choses.

*La vie sait reprendre ses droits, maintenant que la guerre se termine.*

Leur groupe ne fit pas exception et profita, même si certains plus que d'autres ou plus longuement.

*
**

Le lendemain, tout se préparait tranquillement pour Quang et il sourit de voir sa famille réunit pour un moment si convivial. Une grande conversation fut lancée sur les prénoms, et chacun y allait de ses propositions.

- Si tu veux des prénoms plus européens, je pense qu'Ava ou Linda peuvent être très beaux, ajouta Marina
- Hana, une fleur ou Sakura, cerisier ont toujours fait parti de mes favoris. Dit David

Clark lui ne faisait qu'écouter et donner son avis en souriant, puisque ne connaissant pas assez de prénoms pour réellement participer. Ceux qu'il avaient le plus entendu venaient des peuples non humains du GS, donc ce ne serait pas adapté.

Après cette discussion, Liam et Isaki partirent vers leur famille tandis que les autres restaient là et profitaient d'une matinée tranquille. Les uns et les autres s'occupaient soit en discutant, soit en faisant un peu de sport.

Quang lui félicita discrètement son fils et Misiki, leur souhaitant d'être heureux tous les deux. Puis il se lança dans un entrainement de basket lorsque son portable sonna, indiquant un message.

°911, on a merdé là.°

Sur quoi pouvaient ils avoir merdé ? Le fait de voir Ergaïl arriver prouvait qu'il n'était pas le seul à l'avoir reçu.

- Tu as vu ?
- Oui, mais la question c'est sur quoi ?
- Ses parents savaient qu'elle n'était pas morte et la magie a agit non ?

- Oui, j'en suis certain pour ça. Il reste quoi ?
- Elle ne peut pas paraitre plus vieille qu'avant non ?
- Non, j'en suis certain.

Puis Quang eut une illumination.

- Oh bon sang...
- Quoi ?
- Je crois savoir... ça ne peut-être que ça.
- Mais quoi bon sang ?!
- La grossesse ! On a passé toute la grossesse au GS ! Donc ils n'en savaient rien !

Ergaïl réfléchit, mais parvint à la même conclusion. De plus vu que le temps était figé de leur côté, le choc allait être de taille ! Tout comme la tête du jeune homme valait le coup d'œil en ce moment précis.

- On y fonce rapidement !

Le rappel des troupes fut sonné et Ary' et Clark décidèrent d'accompagner pour essayer de pouvoir sauver Isaki d'une situation épineuse. Clark créa ensuite un portail, expliquant avant à Misiki qui se décida à les accompagner, laissant le temple à la plus âgée des générations de Tsurugi. Ils toquèrent donc quelques minutes plus tard.

- Bonjour ! lança Quang avec sourire à la plus jeune des sœurs de la fratrie Kishi.

Maintenant, restait à voir comment le tout se passait à l'intérieur. Au cas échéant, la présence de Misiki pourrait peut-être servir de diversion.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Sam 23 Mai - 20:29

La jeune femme était heureuse de rentrer enfin, trop de choses s’était passées et maintenant ils devaient se reconstruire. Elle sourit doucement à Quang alors qu’il observait lui aussi leur petite assemblée. Leur famille était enfin réunie. Et tout le monde était là, et en paix. Isaki ne les avaient jamais vus aussi détendues, ce fut Clark qui la surprenait le plus. Il avait été élevé en temps de guerre, il ne connaissait rien d’autre, et au début, il eut un peu de mal à s’adapter. Mais il finit par se détendre lui aussi.
Par acquis de conscience, Isaki ferma tout de même les yeux et demanda à son pouvoir d’analyser les formes de vie autour d’eux, il n’y en avait pas d’inconnues. Elle eut un léger sourire devant celles des siens. Elles étaient plus brillantes, et plus unies … en parlant de lien. Elle fronça les sourcils en se concentrant un peu plus sur Clark justement, qu’est-ce que c’était que cela ? Un lien violet pâle, tenu, était apparu. Isaki surveillait très attentivement les liens de sa famille pour s’assurer que ce ne soit pas un maléfice qui les frappait, elle le suivit rapidement vers … Misiki ? Non.
Mais si, on dirait bien que si. Elle ne put retenir une petite exclamation de joie. Ainsi leur amie qui avait perdu sa famille durant cette guerre avait retrouvé quelqu’un. Elle était très heureuse pour eux, elle espérait qu’elle pourrait aider Clark à découvrir la vie et la paix.

Elle se rendit compte que tout le monde la regardait bizarrement, elle rougit et sourit.
-J’ai senti le bébé bougé, arrêter de me regarder comme ça. Inventa-t-elle
-Les hormones … Soupira Liam

Sa remarque tira un rire à l’assistance.
- Rappelle-moi quand serons-nous enfin délivrés de ce fléau ? interrogea Liam
-Selon Samya, si tout se passe bien, d’ici deux à trois mois.

Ils continuèrent sur les prénoms, et tout le monde sembla vouloir participer. Ergaïl lui sourit doucement, ils avaient une toute nouvelle famille.
- Si tu veux des prénoms plus européens, je pense qu'Ava ou Linda peuvent être très beaux, ajouta Marina
- Hana, une fleur ou Sakura, cerisier ont toujours fait partie de mes favoris. Dit David
-C’est vrai qu’ils sont jolis.
-et toi Clark ? Des idées ? demanda doucement Isaki
-Je ne connais que des prénoms du G.S.
-Et vus notre famille, il y a de grandes chances qu’elle y passe une bonne partie de sa vie. Alors pourquoi pas ?

Elle sourit doucement à la petite assemblée. Et surtout à Ergaïl. Décidemment elle souriait tout le temps en ce moment.
-Avant même de trouver un prénom, il faudrait peut-être songé à autre chose.
-Oui ?
-Un endroit à vivre tout simplement. On ne va pas vivre chez tes parents ou les miens, au G.S, nous vivions au quartier général, et je ne veux pas élever notre fille là-bas. Et l’appartement en ville est trop petit pour élever un bébé aussi.
-On va chercher quelque chose, ne t’en fais pas.
-Si je m’en fais un peu justement.
-Je sais, mais tu vas me laisser m’occuper de cela d’accord ? Pour le moment, tu vas surtout avoir besoin de repos. On va préparer tout ça.
-Oui mais qu’est ce qu’il faut préparé ?
-Pour cela ma chérie, ne t’en fais pas. Nous allons t’aider. Après tout, j’ai bien mis au monde mon fils. J’ai une petite idée de ce qui t’attend. Sourit Marina en venant s’asseoir près d’elle.

Isaki sentit les larmes lui monter aux yeux, elle ne répondit pas, et prit simplement la mère de son meilleur ami, si généreuse dans ses bras. Elle aurait aimé avoir autant partagé avec sa famille. Avec sa mère. Elle avait tellement de questions maintenant qu’elle y pensait. Et même si Marina était adorable, la jeune femme avait aussi besoin de faire un retour aux sources, de rentrer un peu dans sa famille. Elle n’avait pas vraiment tenu son rôle de fille et de sœur ces derniers temps. Elle enviait Quang pour ça, lui avait eu sa famille avec lui.

Finalement, Liam et elle quittèrent leur petit groupe, pour se rendre chez eux justement. Ergaïl voulut l’accompagner, mais elle le stoppa.
-Désolé chéri, mais pas cette fois.
-Mais …
-J’ai besoin d’un peu de temps avec ma mère et mon père. Tout va bien se passer.
-…
-Et ne me dis pas que cela peut être dangereux ! Cette fois je ne cèderais pas. De toute façon Liam vient avec moi. Et il m’a toujours protégée.
-Bien avant toi gringo. Alors détend toi. Répliqua le concerné.

Tout le monde le regarda interloqué.
-T’es encore allé regarder des westerns avec Akira avoue. Soupira sa sœur.

Ils rirent tous, mais finalement Liam et elle finirent par disparaitre pour la maison de leurs parents. Ils arrivèrent rapidement, comme quoi la magie avait du bon. Ils se retrouvèrent, devant la porte, et la catastrophe les frappa.
-Non mais ça ne va pas d’hurler ainsi. Pourquoi d’ailleurs ?
-I … Isaki …
-Oui ? Je suis vivante, merci.

Ils lui avaient pourtant dis qu’elle était de retour. Qu’est-ce que la magie avait fait là dedans ?
-Tu es enceinte !!!!!!

Oh mon dieu, ils avaient oubliés ça ? Non quand même pas. La jeune femme eut un sourire crispé.
-Euh … surprise.

Liam regarda sa mère comme si elle était folle.
-Mais maman, on vous l’a dit, en même temps que le fait qu’Isaki soit revenue d’europe.
-Excuses moi liam ! Mais si on m’avait dit que ma fille était enceinte, tu crois vraiment que je l’aurais oublié, et que je l’aurai laissé repartir dans un de ces voyages autour du monde ! Mon dieu, mon dieu, mon dieu …
-Tu crois qu’elle va le redire ?

Les cris de Mme Kishi alertèrent le reste de la maisonnée, et ce fut le père qui arriva ensuite. Lui par contre resta complètement interdit.
-Tu es enceinte ?
-Oui papa.
-De combien de temps ?
-ça fait presque 7 mois maitenant.
-qui est le père ? Demanda t’il calmement

Cette fois ce fut à Isaki de le regarder comme si il avait une deuxième tête qui poussait.
-D’Ergaïl bien sûr. Qui d’autre ?
-Je ne sais pas, cela fait des mois, que nous n’avons pas réellement de nouvelles de notre fille, ça aurait put être … Quang.

Les frères et sœurs faillirent s’éttouffer à cette idée.
-Non désolé. Est-ce que l’on peut entrer ? Ca commence à être bizarre de rester dans la rue.

Leurs parents s’effacèrent pour les faire pénétrer dans le salon. Liam et Isaki se regardèrent interloqués. Dans leur tête tous les deux se disaient qu’ils préféraient être très loin d’ici. Une vague de panique monta dans l’esprit de la jeune femme, comment ils allaient gérer ça ? En tout cas elle prit le temps d’envoyer un texto aux garçons. Parce que là …

**
*

Ergaïl discutait tranquillement avec David quand il reçut le texto d’Isaki.
-Qu’est ce que c’est que ce bordel ?

Il se leva d’un bond pour rejoindre Quang dans la cour. Sur le coup, il avait voulut prendre son arme et bondir à son cours, mais il avait relativisé, il avait comprit que ce n’était pas leur urgence habituelle.

- Tu as vu ?
- Oui, mais la question c'est sur quoi ?
- Ses parents savaient qu'elle n'était pas morte et la magie a agit non ?
- Oui, j'en suis certain pour ça. Il reste quoi ?
- Elle ne peut pas paraitre plus vieille qu'avant non ?
- Non, j'en suis certain.

Puis Quang eut une illumination.

- Oh bon sang...
- Quoi ?
- Je crois savoir... ça ne peut-être que ça.
- Mais quoi bon sang ?!
- La grossesse ! On a passé toute la grossesse au GS ! Donc ils n'en savaient rien !
-QUOI ? Non mais non … n’importe quoi … on leur a dit en même temps … on …On leur a pas dis parce que l’on a été rappelé en urgence ! On allait le faire le lendemain mais Misiki nous as rappelé !!! Non mais je rêve !! On a pas fais ça ! c’est une mauvaise blague, on a pas pus faire une connerie pareille…. C’est pas possible.
-Tu vas te faire tuer ! assura Clark en arrivant.
- On y fonce rapidement !
-De préférence oui. Avant que je ne meurs. Beau papa va me tuer.

Le rappel des troupes fut sonné et Ary' et Clark décidèrent d'accompagner pour essayer de pouvoir sauver Isaki d'une situation épineuse. Clark créa ensuite un portail, expliquant avant à Misiki qui se décida à les accompagner, laissant le temple à la plus âgée des générations de Tsurugi. Ils toquèrent donc quelques minutes plus tard.

- Bonjour ! lança Quang avec sourire à la plus jeune des sœurs de la fratrie Kishi.
-Bonjour à vous !

Il y avait des cris en arrière fond.

-Je crois que ma sœur doit vous attendre avec impatience. Liam a déjà tenté de prendre le relais, ça ne marche pas, Isaki a tenté le coup du « ne hurlez pas, vous allez faire stresser le bébé », ça a marché pendant 10 minutes, puis maman lui a ramené une sorte de grelot, qu’elle lui a passé autour du cou, elle a dit que ça apaisait les bébés, et elle s’est remise à hurler.
-Après ce que l’on a vécu, c’est pas ça qui traumatisera le bébé.
-ça vous devriez éviter de le signaler. Maman a déjà remarqué qu’Isaki était trop maigre pour sa grossesse, et qu’elle était trop pâle. Et au fait Ergaïl … Bon courage avec papa.
-Pourquoi ça ?
-vous n’êtes pas mariés !
-QUOI ?

Elle leur sourit et les laissa entrés. Dans le salon, isaki et liam faisaient front comme ils pouvaient face à la fureur parentale.

-7MOIS !!! 7MOIS !!! ON NE T’AS PAS ELEVE COMME CA !!! MAIS TU ES INCONSCIENTE !!! ET OU VAS-TU L’ELEVER CE BEBE ?? ENTRE DEUX AVIONS !!

Isaki vit ses amis arriver, et elle ne put s’empêcher de soupirer de soulagement.
-Au secours ?!
-Ne te retourne pas vers eux Isaki ! Tu es censée être une adulte responsable !
-Clark ! Appela Liam avec autorité.

Celui-ci hocha la tête et créa un sceau qui figea les parents de la jeune femme. Les frères et sœurs Kishi eurent un soupir de soulagement.
-Merci mon dieu !

Isaki se leva et les rejoignit.
-Dites moi, je fais un cauchemar, ou on a vraiment fait cette connerie ?
-On l’a fait !
-Et merde …
-Quelqu’un a une aspirine ?
-Qu’est ce qu’on fait ?
-Que voulez faire ! va falloir assumer.
-On pourrait modifier leurs souvenirs …
-c’est dangereux, on a beaucoup touchés à leur souvenir surtout dernièrement.
-qu’est-ce que tu entend par là Isaki ?
-Leur flamme de vie peine à suivre.

Elle soupira et reprit sa place. Elle fit signe à son frère de faire de même qui grimaça.
-Tu nous remets en place Clark ?

Il remit le temps en marche, et les parents d’Isaki continuèrent à hurler. Isaki soupira, et se mit debout, elle venait de commander une armée, lutter contre le pire ennemi de ces deux mondes, et jouer avec la vie de tout leur petit groupe. Elle en avait finit de se faire marcher sur les pieds. Elle regarda ses parents en face.

-Maintenant ça suffit. *elle avait parlé d’une voix parfaitement calme, pourtant tout le monde se tue.* Papa, maman, je suis désolée de ne pas vous en avoir parlé plus tôt. En fait, on en était incapable, nous sommes partis dans l’Afrique profonde, et c’était trop … perdu dirons-nous. On nous as demandé de rester, pour une mission humanitaire, mais j’ai demandé à rentrer. Parce qu’effectivement, j’ai besoin d’aide, je suis perdue. Et j’ai besoin des conseils de mes parents. En l’occurrence surtout les tiens maman ! J’espérai que cette nouvelle vous ferait plaisir à vous. Les débuts ont été loin d’être facile, et nous sommes tous fatigués ! Nous n’avons donc pas besoin de vos cris. Je vous laisse le temps d’assimiler ça. Si vous n’en êtes pas capable. Je m’en irais !
-C’est un ultimatum ?
-Ravi que tu le comprennes aussi vite papa !

Sur ces mots, elle sortit. Elle laissa tout le monde en plan, et dans un silence de mort.
-Elle n’avait pas besoin de nous finalement pour gérer tout cela. Fit remarquer Misiki.

Sa remarque ramena tout le monde à la réalité, la mère d’Isaki se tourna vers Quang.
-Je veux te parler s’il te plait !

Elle sortit avec lui, et le père d’Isaki se tourna vers Ergaïl.
-Toi et moi, il faut que l’on parle.

Celui-ci grimaça et se tourna vers Clark.
-Tu rejoins ta marraine s’il te plait ?

**
*

Mme Kishi sortit dans le jardin et se tourna vers Quang.
-Oui madame ?
-J’ai besoin de ton aide. Il faut que je communique avec ma fille, alors tu dois m’expliquer ce qui s’est passé. Et … Et ce dont à besoin ma fille. Nous avons réagis brusquement, son père et moi, mais nous aimons notre fille. Mais malheureusement, nous ne la connaissons plus aussi bien. J’ai bien vu comment Isaki a réagi, elle s’est tournée immédiatement vers toi. Pas vers Ergaïl non, vers toi. Elle recherchait ta protection. Et ce qui est malheureux, c’est qu’elle te demandait de la protéger de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Dim 24 Mai - 10:43

Un petit déjeuner en famille. Cela faisait tellement longtemps que ce n'était pas arrivé. Quang se demanda ce que pouvait en penser son grand-père, de là où il était. La partie personnelle du temple n'avait pas accueillit autant de monde depuis des années. Mais c'était véritablement agréable. Isaki sembla remarquer quelque chose et eut une exclamation de joie. Elle dissimula ça sous l'idée d'un coup de pied du bébé mais Quang eut un sourire en coin. Vu qu'elle avait les yeux fermés et que son regard se dirigeait vers Clark, lui soupçonnait qu'elle ait découvert une vérité qu'il avait aperçu hier.

Tout le monde ne chercha pas cependant plus loin, et la conversation sur les prénoms s'engagea de bon cœur, tout le monde y allant de ses propositions. Suite à la sollicitation de sa marraine, Clark en donna également quelques-uns.

- Pour mes préférés, ça dépend. Si tu veux des noms plus liés aux mages Iseult ou Shade me plaisent, après pour certains elfiques Aerin signifiant Etoile reine ou Elwing pluie d'étoiles sont magnifiques à mon sens.

La discussion continua ensuite sur une autre inquiétude qui était présente, à savoir où le couple allait il vivre et pouvoir élever leur enfant. Ergaïl tenta de la rassurer et Marina l'assura également que la jeune femme pourrait compter sur elle. Marina lui rendit son étreinte avec douceur et tendresse avant de la laisser partir avec Liam pour aller voir sa famille. Une remarque de Liam interloqua tout le monde mais la réponse vint rapidement par sa sœur. Les westerns pouvaient être dangereux pour la santé mentale.

Le temple resta un moment calme, mais le tout changea quand Quang et Ergaïl reçurent le même message. Un léger temps de réflexion leur fit comprendre la nature du problème, et en partie blanchir le teint d'Ergaïl.

- Tu vas te faire tuer ! assura Clark en arrivant.
- On y fonce rapidement !
- De préférence oui. Avant que je ne meurs. Beau papa va me tuer.

C'est ainsi que la majeure partie du groupe ne tarda pas à arriver, et que ce fut la benjamine de la fratrie Kishi qui leur ouvrit la porte.

-Bonjour à vous !

Il y avait des cris en arrière fond.

- Je crois que ma sœur doit vous attendre avec impatience. Liam a déjà tenté de prendre le relais, ça ne marche pas, Isaki a tenté le coup du « ne hurlez pas, vous allez faire stresser le bébé », ça a marché pendant 10 minutes, puis maman lui a ramené une sorte de grelot, qu’elle lui a passé autour du cou, elle a dit que ça apaisait les bébés, et elle s’est remise à hurler.
-Après ce que l’on a vécu, c’est pas ça qui traumatisera le bébé.
- Ça vous devriez éviter de le signaler. Maman a déjà remarqué qu’Isaki était trop maigre pour sa grossesse, et qu’elle était trop pâle. Et au fait Ergaïl … Bon courage avec papa.
- Pourquoi ça ?
- Vous n’êtes pas mariés !
- QUOI ?
- Désolé Ergaïl, mais les familles japonaises sont assez souvent traditionalistes, un enfant hors mariage peut-être mal vu.

Elle leur sourit et les laissa entrer. Dans le salon, Isaki et Liam faisaient front comme ils pouvaient face à la fureur parentale.

-7MOIS !!! 7MOIS !!! ON NE T’AS PAS ÉLEVÉ COMME CA !!! MAIS TU ES INCONSCIENTE !!! ET OU VAS-TU L’ÉLEVER CE BÉBÉ ?? ENTRE DEUX AVIONS !!

Isaki vit ses amis arriver, et elle ne put s’empêcher de soupirer de soulagement. Le groupe chercha bien une solution pendant que les lieux étaient figés, mais manifestement ils devraient s'en sortir sans la magie cette fois. Isaki soupira et reprit sa place. Elle fit signe à son frère de faire de même qui grimaça.

- Tu nous remets en place Clark ?

Il remit le temps en marche, et les parents d’Isaki continuèrent à hurler. Isaki soupira, et se mit debout, elle venait de commander une armée, lutter contre le pire ennemi de ces deux mondes, et jouer avec la vie de tout leur petit groupe. Elle en avait finit de se faire marcher sur les pieds. Elle regarda ses parents en face.

-Maintenant ça suffit. *elle avait parlé d’une voix parfaitement calme, pourtant tout le monde se tue.* Papa, maman, je suis désolée de ne pas vous en avoir parlé plus tôt. En fait, on en était incapable, nous sommes partis dans l’Afrique profonde, et c’était trop … perdu dirons-nous. On nous as demandé de rester, pour une mission humanitaire, mais j’ai demandé à rentrer. Parce qu’effectivement, j’ai besoin d’aide, je suis perdue. Et j’ai besoin des conseils de mes parents. En l’occurrence surtout les tiens maman ! J’espérai que cette nouvelle vous ferait plaisir à vous. Les débuts ont été loin d’être facile, et nous sommes tous fatigués ! Nous n’avons donc pas besoin de vos cris. Je vous laisse le temps d’assimiler ça. Si vous n’en êtes pas capable. Je m’en irais !
-C’est un ultimatum ?
-Ravi que tu le comprennes aussi vite papa !

*Eh bien, petite sœur c'est ce que l'on appelle se faire respecter.*

Sur ces mots, elle sortit. Elle laissa tout le monde en plan, et dans un silence de mort.

- Elle n’avait pas besoin de nous finalement pour gérer tout cela. Fit remarquer Misiki.

Sa remarque ramena tout le monde à la réalité, la mère d’Isaki se tourna vers Quang.

- Je veux te parler s’il te plait !

Elle sortit avec lui, et le père d’Isaki se tourna vers Ergaïl.

- Toi et moi, il faut que l’on parle.

Celui-ci grimaça et se tourna vers Clark.

- Tu rejoins ta marraine s’il te plait ?
- Bien sûr.

*
**
Quang se dirigea à la suite de la mère de son amie, ne sachant pas trop à quoi s'attendre après ce que venait de sortir sa cadette. Cela pouvait être tout et son contraire, il se prépara donc à sortir les choses avec douceur.

- Oui madame ?
- J’ai besoin de ton aide. Il faut que je communique avec ma fille, alors tu dois m’expliquer ce qui s’est passé. Et … Et ce dont à besoin ma fille. Nous avons réagis brusquement, son père et moi, mais nous aimons notre fille. Mais malheureusement, nous ne la connaissons plus aussi bien. J’ai bien vu comment Isaki a réagi, elle s’est tournée immédiatement vers toi. Pas vers Ergaïl non, vers toi. Elle recherchait ta protection. Et ce qui est malheureux, c’est qu’elle te demandait de la protéger de nous.

Le Tsurugi aurait voulu ne pas se retrouver dans une situation de ce genre mais c'était la vérité.

- Ce qui s'est passé à l'instant ? Ou avant ?
- Les deux.
- Pour avant, tout le monde était certain que vous étiez au courant. Isaki pensait vous l'avoir dit lors de son dernier retour, et nous pensions tous pareil jusqu'à aujourd'hui. Quant à aujourd'hui, c'est assez simple... Isaki a appris à faire face à beaucoup de situations compliquées de par les missions humanitaires. Mais sur certaines choses elle est encore une enfant qui a besoin du soutien de ses parents. Hors là vous n'avez fait que la juger.
- Il faut comprendre notre surprise.
- Je suis d'accord. Mais Isaki s'attendait plutôt à vous voir fous de joie et prêts à l'aider. A la place, vous hurlez, la remettez en cause ainsi que son choix. Le mariage est certes important chez les japonais, mais l'est-il plus que de savoir qu'elle vit avec l'homme qu'elle aime et qui est prêt à tout pour elle et l'enfant à venir ?
- Non, sans doute pas. Tu as raison.
- Vous avez toujours été une mère compréhensible et aimante, qui la soutenait quelle que soit la situation, madame Kishi. C'est de ça qu'elle a besoin. De l'expérience et de l'amour de sa mère ainsi que de la compréhension et de l'approbation de son père. De voir sa famille, de sang comme de cœur, unie autour d'elle pour souhaiter la bienvenue en ce monde à cette vie.

*
**

De son côté, Clark avait rejoint Isaki et la prit dans ses bras alors qu'il sentait toute la tension et la tristesse qui l'habitait.

- Ça va aller marraine. Papa va réussir à faire comprendre la situation à ta mère et Ergaïl s'en sortira face à ton père. Après tout je ne connais rien de plus solide que l'amour que tu as avec Ergaïl et qu'il a envers toi et votre fille à venir.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Mar 1 Déc - 22:01

En arriver là était … Et bien tout simplement pathétique. Elle qui se vantait de savoir gérer les situations avec calme et clarté … Comment avait-elle put oublier de dire à ses parents qu’elle était enceinte ? Bon elle n’avait qu’à leur dire qu’elle avait fait un déni de grossesse, mais quand même. Là elle avait fait fort.
Ses parents étaient en train de tempêter contre elle, pourtant elle les entendait à peine. Elle les voyait différemment, peut être bien pour la première fois. Elle s’était toujours sentie comme leur fille. Maintenant … Et bien elle se sentait comme une adulte, qui avait juste oublié quelque chose pour ses enfants, parce que simplement elle était trop occupée à gérer des choses plus importante. Et cela lui faisait mal. Parce que la vie de ses parents, de ses sœurs avaient toujours été très importante pour elle. Ils comptaient plus que tout pour elle. Avant …

Elle ne s’étonna pas de voir très vite arriver la cavalerie ; elle sourit doucement à son petit groupe, et croisa le regard de Quang. Comment allaient-ils gérer cela ? Elle lui faisait confiance pour trouver une solution. Et il lui sourit rassurant. Il était là pour elle, bien sûr. Tout comme les autres. Elle allait devoir gérer cela en première. Il fallait commencer par les faire arrêter d’hurler pour qu’ils puissent enfin avancer. Sa mère commençait à se répéter, donc c’était qu’elle restait bloquée et choquée.

-Maintenant ça suffit. *elle avait parlé d’une voix parfaitement calme, pourtant tout le monde se tue.* Papa, maman, je suis désolée de ne pas vous en avoir parlé plus tôt. En fait, on en était incapable, nous sommes partis dans l’Afrique profonde, et c’était trop … perdu dirons-nous. On nous a demandé de rester, pour une mission humanitaire, mais j’ai demandé à rentrer. Parce qu’effectivement, j’ai besoin d’aide, je suis perdue. Et j’ai besoin des conseils de mes parents. En l’occurrence surtout les tiens maman ! J’espérai que cette nouvelle vous ferait plaisir à vous. Les débuts ont été loin d’être facile, et nous sommes tous fatigués ! Nous n’avons donc pas besoin de vos cris. Je vous laisse le temps d’assimiler ça. Si vous n’en êtes pas capable. Je m’en irais !
-C’est un ultimatum ?
-Ravi que tu le comprennes aussi vite papa !
Sur ces mots, elle sortit. Elle laissa tout le monde en plan, et dans un silence de mort.
- Elle n’avait pas besoin de nous finalement pour gérer tout cela. Fit remarquer Misiki.

Sa remarque ramena tout le monde à la réalité, la mère d’Isaki se tourna vers Quang.

- Je veux te parler s’il te plait !

Elle sortit avec lui, et le père d’Isaki se tourna vers Ergaïl.

- Toi et moi, il faut que l’on parle.

Celui-ci grimaça et se tourna vers Clark.

- Tu rejoins ta marraine s’il te plait ?
- Bien sûr.

Ergaïl suivit son beau-père dans la rue. Il paraissait particulièrement furieux. Mais il faisait de gros efforts pour ne pas se remettre à hurler.
-je tiens à dire, que je suis désolé de ce qu’il se passe. Nous n’avions pas prévus de …et bien de ne pas vous le dire. Ce n’était en rien caché de notre part.

Il fallut un moment, un très long moment qui colla des sueurs froides à Ergaïl pour qu’il lui réponde.

-Est-ce que tu vas assumer ce bébé ?
-Pa … Pardon,
-je me doute, que pour que ma fille ne nous dise rien, c’est que ce n’était pas réellement voulu. Pourtant cela fait 7 mois. Donc, tu as dus avoir le temps d’assimiler cela, mais tu ne l’as pas épousé. Donc je te pose la question. Est-ce que tu vas la laisser seule avec son bébé ? Ou est-ce que tu vas assumer tes responsabilités.

Cette fois ce fut à Ergaïl de rester bouche bée. Il s’était attendu à tout, sauf au fait que le père d’Isaki doute de cela. Mais il n’était pas question qu’il se laisse faire. Il se redressa et carra les épaules.

-Monsieur kishi, j’aime votre fille. Je suis avec elle, depuis des années maintenant. Et je n’imagine tout simplement pas ma vie sans elle. Je ne l’ai pas encore épousée, certes, mais simplement parce que cette nouvelle inattendue est arrivée au mauvais moment. Mais il s’agit de ma fille aussi. Et avec tout le respect que je vous dois, vous ne me connaissez pas, et vous ne la connaissez plus. Je vais rester avec elle, et nous élèverons notre fille à deux. Avec l’aide de nos amis et …

Il était tellement hors de lui, qu’il peinait à trouver ses mots.

- très bien, alors épouse-la. Répliqua son père.
-Non.
-Pardon ?
-Je vous ai dis non. Isaki mérite un mariage de princesse, comme elle l’a toujours rêvé, elle a déjà suffisamment à penser avec le bébé, et je ne précipiterai pas cela. Ce sera le plus beau jour de sa vie, de notre vie, alors ce sera quelque chose de grandiose. Et certainement pas quelque chose fait dans l’heure. Nous attendrons la naissance du bébé, Isaki et moi devons repartir, mais à notre retour, peut-être que je vous demanderai sa main, et uniquement si elle le souhaite.

Il fallait avouer que le petit avait enfin un peu de cran, il s’était affirmé au moins. Ce qui était pas mal.

-Et comment vas-tu assumer ta famille ? Ou allez-vous vivre ?
-Et bien à la fondation.
-La fondation ?
-Oui, vous étiez un peu occupé à lui crier dessus, donc elle n’a pas dû avoir le temps de vous le dire, mais nous sommes sur le point de finaliser la création de notre fondation. Nous avons passés ces derniers mois à établir une sorte de traité entre les gouvernements, les différentes tribus et d’autres organisations, afin de mettre en place la fondation du nouvel espoir, elle est en construction d’ailleurs. C’est une fondation qui va recueillir les enfants victimes de la guerre, et les aider à prendre leur envol dans la vie. C’est un projet qui tient à cœur à votre fille. Surtout depuis qu’elle s’apprête à devenir mère.

Le père de la jeune femme devint pâle

-En …En Afrique ?
-Oui. Vous me demandiez comment ma famille allait survivre, et bien ainsi.
-Vous allez-vous installer définitivement là-bas ?
-Ne vous en faites pas, votre fille a besoin de vous. Donc dans un premier temps oui, mais nous reviendrons souvent. De toute façon nous aurons besoin d’établir des relations commerciales, et de subventions avec les autres gouvernements. Notamment ici. Donc, nous reviendrons, probablement vivre au temple.

Il y avait encore beaucoup à régler au G.S, au moins ainsi, les parents de la jeune femme ne s’inquiéteraient pas trop. Il fallait juste qu’il prévienne rapidement les autres de son mensonge. Ce n’en était pas vraiment un. La fondation allait bien naître, mais pas en Afrique.
-Le bébé ne peut pas naître en Afrique voyons.
-Oh nous avons de très bons médecins en Afrique, et de très bons hôpitaux ne vous en faites pas. Si cela peut vous rassurer, demandez à Misiki, elle est plutôt célèbre chez nous. C’est elle qui suit la grossesse d’Isaki. Mais je ne sais pas encore ce qu’Isaki va décider. Elle voudra peut être rester ici un temps pour se reposer. Ce sera à elle de choisir sur ce point.
-Je vois que nous n’avons pas grand-chose à dire.
-je suis encore une fois désolé de vous mettre devant le fait accompli. Mais la seule qui me fera changer d’avis c’est votre fille.

**
*

Quang se dirigea à la suite de la mère de son amie, ne sachant pas trop à quoi s'attendre après ce que venait de sortir sa cadette. Cela pouvait être tout et son contraire, il se prépara donc à sortir les choses avec douceur.

- Oui madame ?
- J’ai besoin de ton aide. Il faut que je communique avec ma fille, alors tu dois m’expliquer ce qui s’est passé. Et … Et ce dont a besoin ma fille. Nous avons réagis brusquement, son père et moi, mais nous aimons notre fille. Mais malheureusement, nous ne la connaissons plus aussi bien. J’ai bien vu comment Isaki a réagi, elle s’est tournée immédiatement vers toi. Pas vers Ergaïl non, vers toi. Elle recherchait ta protection. Et ce qui est malheureux, c’est qu’elle te demandait de la protéger de nous.

Le Tsurugi aurait voulu ne pas se retrouver dans une situation de ce genre mais c'était la vérité.

- Ce qui s'est passé à l'instant ? Ou avant ?
- Les deux.
- Pour avant, tout le monde était certain que vous étiez au courant. Isaki pensait vous l'avoir dit lors de son dernier retour, et nous pensions tous pareil jusqu'à aujourd'hui. Quant à aujourd'hui, c'est assez simple... Isaki a appris à faire face à beaucoup de situations compliquées de par les missions humanitaires. Mais sur certaines choses elle est encore une enfant qui a besoin du soutien de ses parents. Hors là vous n'avez fait que la juger.
- Il faut comprendre notre surprise.
- Je suis d'accord. Mais Isaki s'attendait plutôt à vous voir fous de joie et prêts à l'aider. A la place, vous hurlez, la remettez en cause ainsi que son choix. Le mariage est certes important chez les japonais, mais l'est-il plus que de savoir qu'elle vit avec l'homme qu'elle aime et qui est prêt à tout pour elle et l'enfant à venir ?
- Non, sans doute pas. Tu as raison.
- Vous avez toujours été une mère compréhensible et aimante, qui la soutenait quelle que soit la situation, madame Kishi. C'est de ça qu'elle a besoin. De l'expérience et de l'amour de sa mère ainsi que de la compréhension et de l'approbation de son père. De voir sa famille, de sang comme de cœur, unie autour d'elle pour souhaiter la bienvenue en ce monde à cette vie.

La mère d’Isaki ne put s’empêcher de soupirer.
-Tu es très doué pour faire culpabiliser les gens Quang … c’est amusant, il y a quelques années … j’aurais juré que cela aurait été toi à la place d’Ergaïl aujourd’hui. Vous étiez tellement … complémentaire. Tellement unis … et vous l’êtes encore.

Elle secoua la tête et lui sourit.
-Allons donc rejoindre mon futur gendre, avant qu’il ne se fasse tuer par mon époux. Il va falloir que l’on ait une sérieuse discussion, sur comment nous allons accueillir cette petite ici.

*
**

De son côté, Clark avait rejoint Isaki et la prit dans ses bras alors qu'il sentait toute la tension et la tristesse qui l'habitait.

- Ça va aller marraine. Papa va réussir à faire comprendre la situation à ta mère et Ergaïl s'en sortira face à ton père. Après tout je ne connais rien de plus solide que l'amour que tu as avec Ergaïl et qu'il a envers toi et votre fille à venir.

La jeune femme se laissa aller contre son neveu et sourit doucement.
-Tu sais que tu ne devrais pas savoir réagir comme ça ? Comme un adulte ?

Elle se mit à marcher, et ils s’éloignèrent tous les deux.
-Ergaïl et moi avons une relation particulière … C’est l’amour que nous portons à cet enfant qui est inconditionnel. Mais si tu veux une vraie preuve d’amour, regarde plutôt tes grands parents. Eux, c’est le vrai amour parfait.
-Pourquoi ? Tu n’aimes pas Ergaïl ?
-Oh si, de tout mon cœur. Mais j’aime aussi ton père tu sais. Mais bon, tout ça c’est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Mer 2 Déc - 21:52

Ne pas avoir dit aux parents d’Isaki que cette dernière était enceinte… Tout le groupe avait fait fort sur ce coup-là. Cependant, ce n’était pas quelque chose d’irrattrapable. Cela allait être complexe dans les prochaines minutes, mais globalement, ils pouvaient s’en sortir. La future mère fit d’ailleurs la très grande majeure partie du travail elle-même. L’utilisation de ce ton de voix posé, et d’une telle détermination… les deux parents de la jeune femme devaient maintenant se rendre compte à quel point cette dernière avait grandi.

En même temps, lorsque l’on pensait à ce que leur groupe venait de traverser, une dispute familiale, en comparaison, c’était un jeu d’enfant. Même lorsque l’on ne connaissait pas complètement ses beaux-parents dans le cas d’Ergaïl. Jamais personne dans la famille de la neko ne pourrait comprendre leur force intérieure, puisque logiquement ces derniers resteraient étrangers au GS. Après l’ultimatum, Quang partit avec la mère de sa sœur cadette, et Ergaïl avec le père de son amour, laissant Isaki aux soins de Clark. Misiki s’était pour le moment tenue à l’écart, venant pour accompagner Clark, mais ne connaissant pas assez les personnes pour se permettre une intervention. Alors elle resta tranquillement à faire connaissance avec les petites sœurs de son amie.


*
**

Les paroles de Quang, bien qu’énoncées sur un ton normal, faisait mouche. Ce n’était cependant pas surprenant. Même si son but n’était pas de faire culpabiliser la mère de sa cadette, lui savait à quel point cette famille était unie. C’était la première chose qui l’avait marqué, lors de la rencontre des Kishi. Peu importe les petites disputes et les chamailleries. C’était une famille à l’image de la sienne, avant la disparition de ses parents.

- C’est vrai, que nous sommes proches. Je pense que nous le serons toujours. Ergaïl et Ary ont dû apprendre à faire avec. Peu importe ce qui se passe, rien ne changera le lien que j’ai avec Isaki. J’aime votre fille,ce n'est pas la même chose. Je crois qu’aucun de nous ne pourra jamais l’expliquer. On sait cependant qu’il est là, et que chacun a appris à composer avec.


Elle n’était guère la première à lui dire. Cela avait été une crainte de Jin, à une époque. Que Quang la quitte pour Isaki. Ary d’ailleurs commençait aussi à s’éloigner, ces derniers temps. Il ne savait pas si c’était du fait de la guerre, ou alors du lien entre Isaki et lui, mais c’était un fait. Sa renaissance ne faisait sans doute que renforcer encore cela. Tout à l’heure, Quang avait presque eut l’impression de l’entendre lui parler.

- Je ne m’en fais pas pour Ergaïl. Il a déjà affronté des dirigeants de gouvernements et les a fait céder. Il saura se montrer de taille pour affronter votre mari. Cependant, cette conversation sera nécessaire oui, c’est certain.


Les deux se rendirent donc à nouveau vers le salon.

*
**

Ergaïl avait choisi de penser à cette confrontation comme à un combat. Sauf qu’il fallait cette fois utiliser des mots. Sa volonté d’aider Isaki et sa future fille étaient ses meilleures armes. Ne se laissant pas démonter par les attaques brusques de son futur beau-père, le jeune homme répondit directement à chacune des remarques, en se basant sur la vérité, mais en la modifiant un peu. Lorsqu’ils rejoindraient le groupe, ce serait sans doute à lui de reprendre la parole afin de dire qu’il avait effectivement évoqué la fondation qui se construisait en Afrique. Cette phrase suffirait pour que les autres comprennent et embrayent sur cette même histoire.


- Sachez que je ne suis motivé que par une seule chose. Le bien-être de votre fille, et de votre petite fille à venir. Je ferai tout ce qui est nécessaire, et tout ce qu’Isaki me demandera. Sachez aussi que si ce qu’elle demande s’oppose à vos idées, je la suivrai elle, sans hésitation. Nos amis seront avec nous également. Le fait que tout se passe pour le mieux tient dans votre acceptation et votre aide aux évènements. Malgré l’ultimatum posé, elle a besoin de vous, et de sa mère. Seulement si elle vous juge néfaste à cause de certaines réactions, malgré tout le respect que j’ai pour vous, vous ne l’approcherez pas.

Le ton était clair. Non menaçant, mais assez direct pour que le père sache à quoi s’en tenir à propos de la situation actuelle. Lui aussi finit par rentrer dans la demeure avec Ergaïl.

*
**

Clark eut un pauvre sourire.

- Je sais. Techniquement je devrais encore être un enfant. On ne m’a cependant pas laissé le choix, et avec tout ce que l’on a traversé, j’ai mûri très vite. Aujourd’hui, je suis heureux de pouvoir réagir comme un adulte, si cela peut t’aider, marraine. Il vaut mieux ne pas penser à l’âge que je devrais avoir. Le passé est immuable, même pour nous. Mieux vaut se concentrer sur l’avenir. Sur le tien surtout, en l’occurrence.

Le plus jeune des Tsurugi était tout de même un peu perdu. Il savait que la relation entre sa marraine et son père était singulière. L’ayant toujours vu ainsi cependant, le mage trouvait cela normal.

- Je pense qu’il t’aime aussi. Je ne connais pas tout de votre histoire, mais je sais que cela ne changera pas. On le sait tous, je crois. On a juste composé autour. Enfin, la question n’est pas là pour le moment. On en parlera plus tard, à l’occasion. Les autres sont revenus dans la maison, et je pense que les grandes conversations vont commencer.


Isaki secoua la tête. Connaissant les derniers évènements, et le caractère de Clark si similaire à celui de son père, sans doute ce dernier avait-il posé sur eux une espèce de balise pour savoir où se trouvaient chacun d’eux.

*
**

Les différents groupes rentrèrent donc tranquillement dans la maison presque simultanément et prirent place autour de la grande table de la salle à manger. Assez vite, Ergaïl se retrouva à côté d’Isaki, tandis que les autres les encadraient sans en donner l’air. Ils étaient tout de même un groupe qui pour le moment faisait front. Ergaïl prit la parole le premier.

- J’ai évoqué avec ton père la fondation en Afrique. J’aurai préféré attendre que tu sois là, mais au vu de ses questions, difficile de répondre à ses questions sans parler de l’Afrique et du nouvel espoir.

Ce fut Misiki qui enchaina et en profita pour se présenter, brodant sur la situation des pays africains et sur la lumière qu’allait apporter le projet de leur fille, qui remportait déjà un vif succès dans l’opinion publique. Puis la discussion se recentra sur les modalités d’accueil du bébé, et ce que souhaitait faire la neko dans les mois à venir.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Jeu 3 Déc - 17:13

Ergaïl avait grimacé quand le père de la jeune femme avait décidé qu’il devait avoir une discussion avec lui. C’était étrange, mais il avait peut être l’estomac plus noué maintenant qu’il y a quelques semaines alors qu’ils se préparaient à aller affronter Taedan pour la dernière fois. Il prit cependant son courage à deux mains, et il lui en fallut tout de même. Les parents d’Isaki ne le connaissait pas en réalité. Ils l’avaient rencontrés alors même qu’il cherchait à tuer leur fille. Cela avait dût tout de même se ressentir un peu. Et après cela, il était devenu celui qui avait éloigné leur fille d’eux. Il fallait qu’il leur prouve rapidement qu’il était là pour elle. Et qu’il était prêt à tout pour elle.
Ainsi il ne prit pas vraiment de gants avec lui.

- Sachez que je ne suis motivé que par une seule chose. Le bien-être de votre fille, et de votre petite fille à venir. Je ferai tout ce qui est nécessaire, et tout ce qu’Isaki me demandera. Sachez aussi que si ce qu’elle demande s’oppose à vos idées, je la suivrai elle, sans hésitation. Nos amis seront avec nous également. Le fait que tout se passe pour le mieux tient dans votre acceptation et votre aide aux évènements. Malgré l’ultimatum posé, elle a besoin de vous, et de sa mère. Seulement si elle vous juge néfaste à cause de certaines réactions, malgré tout le respect que j’ai pour vous, vous ne l’approcherez pas.

Au moins, cette tirade eu le mérite de clouer le bec au père de famille. Cela faisait presque du bien de ne plus entendre hurler pour le moment. Même si malheureusement ses yeux semblaient lancés des éclairs. Heureusement qu’il n’était pas Ary’, sinon il se serait fait grillé comme un poulet. Miraculeusement, Monsieur Kishi parvint à garder son calme.

-Tu ne me sépareras pas de ma fille. Nous sommes une famille.

Il n’en dit pas plus. Cela ne voulait pas dire qu’il s’opposait avec ce qu’il venait de dire, mais cela ne voulait pas dire qu’il l’agréait non plus. Le père d’Isaki n’appréciait pas le fait que sa petite fille naisse hors mariage, mais en tout cas, l’argumentaire d’Ergaïl sur ce point suffisait à le calmer. Il était vrai que sa fille méritait d’en profiter. Même s’il ne savait plus trop ce qu’elle faisait dans la vie. elle le méritait plus que probablement. Il avait bien élevé ses enfants. Enfin il l’espérait …

Ils finirent par rentrer tous les deux. Misiki discutait avec les sœurs d’Isaki, elles se turent quand ils arrivèrent. La jeune femme leur sourit doucement. Elle ne le montra pas, mais elle paraissait tout de même un peu soulagée de voir qu’il n’y avait pas eu de combat.

**
*
La mère d’Isaki était une personne qui tenait beaucoup aux autres. Elle pouvait apparaître comme étouffante parfois, mais tous les amis de ses enfants, étaient ses enfants après tout. elle sourit tendrement à Quang

- C’est vrai, que nous sommes proches. Je pense que nous le serons toujours. Ergaïl et Ary ont dû apprendre à faire avec. Peu importe ce qui se passe, rien ne changera le lien que j’ai avec Isaki. J’aime votre fille,ce n'est pas la même chose. Je crois qu’aucun de nous ne pourra jamais l’expliquer. On sait cependant qu’il est là, et que chacun a appris à composer avec.
- Je crois que je vous comprends … vraiment, je pense. Je ne peux tout de même m’empêcher de penser en mère. Et je trouve ça dommage. Isaki aurait été réellement heureuse avec toi.

Elle n’en dit pas plus. Il était temps pour eux de rentrer.
- Je ne m’en fais pas pour Ergaïl. Il a déjà affronté des dirigeants de gouvernements et les a fait céder. Il saura se montrer de taille pour affronter votre mari. Cependant, cette conversation sera nécessaire oui, c’est certain.
- je pense que mon mari doit lui faire plus peur que ces gouvernements dont tu parles.

**
*
- Je sais. Techniquement je devrais encore être un enfant. On ne m’a cependant pas laissé le choix, et avec tout ce que l’on a traversé, j’ai mûri très vite. Aujourd’hui, je suis heureux de pouvoir réagir comme un adulte, si cela peut t’aider, marraine. Il vaut mieux ne pas penser à l’âge que je devrais avoir. Le passé est immuable, même pour nous. Mieux vaut se concentrer sur l’avenir. Sur le tien surtout, en l’occurrence.

Elle grimaça amusée

-tu sais que je n’aime pas me concentrer sur moi-même voyons. *elle lui sourit doucement et lui ébouriffa les cheveux* Je sais qu’aujourd’hui tu es avec nous, et que tu as l’air d’aller plutôt bien, mais je me sens parfois encore un peu coupable de tout ce que l’on t’a pris. En tout cas j’espère toujours me rattraper.

Leur conversation continua et le pauvre Clark semblait perdu face à tout ça. Comment expliquer que jusqu’à il y a 7 mois, la jeune femme aurait tout abandonné pour son père. Cela paraissait juste pas très compréhensible, s’il avait prit la fantaisie à Quang de dire à Isaki de larguer Ergaïl … et bien elle l’aurait peut être bien fait. Elle n’était pas sûre qu’elle lui aurait dit non.

- Je pense qu’il t’aime aussi. Je ne connais pas tout de votre histoire, mais je sais que cela ne changera pas. On le sait tous, je crois. On a juste composé autour. Enfin, la question n’est pas là pour le moment. On en parlera plus tard, à l’occasion. Les autres sont revenus dans la maison, et je pense que les grandes conversations vont commencer.


Les différents groupes rentrèrent donc tranquillement dans la maison presque simultanément et prirent place autour de la grande table de la salle à manger. Assez vite, Ergaïl se retrouva à côté d’Isaki, tandis que les autres les encadraient sans en donner l’air. Ils étaient tout de même un groupe qui pour le moment faisait front. Ergaïl prit la parole le premier.

- J’ai évoqué avec ton père la fondation en Afrique. J’aurai préféré attendre que tu sois là, mais au vu de ses questions, difficile de répondre à ses questions sans parler de l’Afrique et du nouvel espoir.

Ce fut Misiki qui enchaina et en profita pour se présenter, brodant sur la situation des pays africains et sur la lumière qu’allait apporter le projet de leur fille, qui remportait déjà un vif succès dans l’opinion publique. Puis la discussion se recentra sur les modalités d’accueil du bébé, et ce que souhaitait faire la neko dans les mois à venir.

-Alors tu vas retourner en Afrique ma chérie ? Demanda sa mère.

Isaki sourit doucement
-Oui. Les choses commencent à se mettre en place là-bas, après un long combat. Je n’ai pas envie de manquer cela. De toute façon, il faut que nous soyons là-bas pour commencer à tout mettre en place.
-Et tu ne peux pas déléguer à un de tes amis ? Tu te déplaces toujours en groupe, l’un d’eux ne pourraient pas y aller à ta place ? Demanda son père.
-Ton père, n’a pas forcément tort. Je ne veux pas te retenir ici ne crois pas cela. Mais il me semble bien que tu n’as pas vraiment préparé ta grossesse, et tu as tout de même l’air très fatiguée. Surtout pour un 7ème mois, tu dois te préparer à l’épreuve qui va arriver, et commencer à prendre des forces.
-Au moins sur ce point, nous sommes d’accord. Râla Misiki

Isaki la fusilla du regard , mais elle garda son calme.

-effectivement, on peut dire que je ne me suis pas ménagée, et c’était peut être bien une erreur, mais je n’ai pas envie de sacrifier tout ce que je fais jusque là, je le regretterai. Nous devons repartir pour finaliser certaines choses, mais juste une ou deux semaines. Après je vais rentrer, je pense qu’il serait bien que notre fille naisse ici, en sécurité avec toute sa famille. Je pensais me réinstaller à l’appartement pendant quelques temps.

Misiki grimaça et intervient.
-Je pense que je vais profiter du fait qu’il y ait tes parents pour une fois, pour que tu m’écoutes. Je ne m’oppose pas à ce que l’on y retourne, mais il serait peut-être mieux que tu t’installes au temple plutôt. Je serais plus proche en cas de problème.

Isaki haussa les épaules et se tourna vers ergaïl et Quang
-Cela ne me dérangerais pas outre mesure ? ErgaÏl, Quang ? Vous êtes d’accord.
-et le temple est plus proche d’ici que l’appartement. Fit remarquer aussi sa mère.

Elle haussa les épaules.
-Tu as besoin de conseils, tu me l’as demandé. Il faut préparer une nurserie, et tout ce qu’il faut pour préparer l’arrivée de ce bébé. Il est vrai qu’il y a plus de place au temple pour organiser une nurserie. Au moins jusqu’à sa naissance. Mais peut être que je devrais venir avec vous aussi en Afrique. J’apprécierai de voir ou ma fille vit, et tout ce que vous avez fait là-bas. Et puis il faudrait aussi organiser sa vie là-bas.

Bizarrement, cette idée passait moins bien d’un seul coup. Comment dire à sa mère, que non, elle n’avait pas le droit de venir. Isaki déglutit difficilement.
-Cela pourrait être bien, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée pour le moment maman. Ils n’apprécient pas forcément les étrangers pour le moment.
-il y a du danger ?
-On ne peut pas dire ça, ils nous connaissent bien. C’est juste que les étrangers leur ont fait beaucoup de mal. Nous avons mis du temps avant qu’ils nous considèrent comme des leurs.
-Et maintenant c’est le cas ?
-Je pense bien oui. Ils nous considèrent comme leurs amis, et je risque encore moins depuis que je suis enceinte. La vie est sacrée chez eux. Et puis … Franchement avec autant de monde autour de moi, je ne risque rien. Nous n’y retournerons pas longtemps cette fois. Plus tard peut être …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Ven 4 Déc - 18:33

Affronter un ennemi mortel ou bien son futur beau-père. La situation la plus difficile à gérer n’était pas forcément celle à laquelle on pensait. Ergaïl était habitué à lutter pour sa vie, au moyen de ses pouvoirs et de ses armes. Beaucoup moins cependant à devoir parlementer concernant l’avenir. Le père d’Isaki ne semblait pas vouloir lâcher prise facilement, pour autant le silence de fin fut son meilleur allié. Une fois tout le monde rentré, ce serait plus simple de faire poids pour expliquer aux futurs grands-parents leurs points de vue. C’était bête, mais Quang était de loin le plus diplomate d’entre eux. Depuis toujours ou presque. Lui était un excellent bras droit, mais n’avait pas l’habitude de devoir prendre les décisions, hormis en situation de crise. Un soulagement s’empara de lui lorsqu’il se rendit compte que tout le monde semblait arriver en même temps.

*
**

Quang ne pouvait du coup s’empêcher d’y penser. Isaki et lui ? Tellement de monde avait eu cette vision les concernant. Pourtant lui n’arrivait pas à se le représenter. D’autant plus maintenant que cette dernière allait bientôt être mère. Jamais il ne pourrait faire ça à son ami. Elle était heureuse dans tous les cas, non ?

- Je crois que cela fait partie de ce que nous ne saurons jamais. Je serai toujours là pour elle, si elle en a besoin. Mais pas dans ce sens-là. Il est certain que votre mari est plus effrayant, mais il saura passer outre. Pour leur futur.


*
**

Clark eut un léger sourire, à moitié triste.


- Je sais bien que tu t’en veux. Cependant, ce n’est pas toi qui m’as pris tout ça. Tu as essayé de m’aider. Plusieurs fois. Je m’en souviens. Je sais cependant tout ce que tu m’as offert. Alors si je peux te rendre un minimum service, ce sera avec plaisir.

Sans doute cela aurait-il été étrange de voir cela. Quang et Isaki laisser leurs conjoints respectifs et se mettre ensemble. Mais on ne contrôlait pas les sentiments. Tout le monde se retrouva dans le salon et les conversations sur l’avenir reprirent de plus belle. Le fait que la conversation tourne sur le développement de la grossesse ne surpris personne et tout le monde devait penser aux détails, surtout Misiki, lorsque l’idée du temple fut évoquée.

- Tu sais bien que tu y es chez toi, petite sœur. La place ne manque pas et je serai ravi de te garder une aile des appartements privés juste pour toi.
- Bah… au moins on est sûr de connaitre les lieux.

La présence de ses parents à proximité pourrait aussi être utile, au cas échéant. Après tout Marina avait déjà vécu un accouchement.


- Alors partons pour l’idée du temple. conclut Isaki

Cela laisserait également le portail à proximité, aussi bien pour Misiki que pour n’importe qui d’autres. Clark devrait peut-être apprendre le sceau du portail temporaire à sa belle. Par contre l’idée que la mère d’Isaki veuille débarquer en Afrique laissa un blanc dans le groupe. Les parents de la jeune femme n’étaient pas prêts pour le GS, et la situation y était encore trop instable.


- Je pense qu’il vaut mieux patienter. La fin de la guerre qui avait lieu là-bas est encore récente. Les armées affrontent sans doute encore des poches de résistance par endroits, et les différents gouvernements ou représentants de tribus vont mettre du temps à s’accorder afin de créer un mode de fonctionnement commun, maintenant que les combats se terminent. La diplomatie va encore être longue à se mettre en place.


Il restait surtout l’interrogation sur Mawen. Elle était la seule à pouvoir réunir à elle les fragments de l’armée de Taedan. La victoire ne serait vraiment acquise qu’une fois cette dernière hors course. Une fois le calme établi, peut-être la vérité pourrait-elle être dite.

- Quand pensez-vous que cette situation changera ? Au risque de paraitre insistant, je préfère qu’Isaki soit ici en sécurité au Japon, et que l’on puisse respecter un minimum les traditions.

Le ton du père de la jeune femme laissait entendre que ce dernier n’avait pas encore digéré le coup de l’absence de mariage, pour le moment.


- Isaki l’a dit, nous serons vite de retour. Une fois que nous serons là, tout le monde pourra venir pour aider à changer le temple avec tout ce qu’il faudra. Que ce soit pour la nurserie, ou le côté médical, au cas où.


D’ailleurs, sur ce dernier point, mieux vaudrait que Samya, Misiki et lui soient là. La naissance d’un bébé avec autant de potentiel magique que celui de sa marraine et d’Ergaïl pouvait parfois provoquer des réactions étranges. Ses sceaux ne seraient sans doute pas de trop pour éviter que tout cela ne soit visible par des yeux non-habitués. Même s’il ignorait si le bébé pourrait passer la barrière naturelle magique de la Terre. Après tout, malgré leurs statuts de mage et de neko, les deux restaient des terriens. Utilisant discrètement un sceau, Clark entra en communication mentale avec son père.

*Dis papa, tu crois qu’une naissance d’un bébé magique sur Terre risque de se voir ?*
*Je ne sais pas, il faut demander à Misiki ou Samya. Enfin, je ne sais pas si elles ont déjà procédé à un accouchement sur Terre.*
*Je ne crois pas. Je ne connais personne d’ailleurs qui a déjà vécu cette situation.*


Ce fut après un léger temps de réflexion que Quang pensa à une personne qui pourrait leur répondre. La seule à avoir déjà vécu ce cas de figure dans son entourage.


*Je sais à qui demander.*


Alors que mère et fille échangeaient sur tout ce qu’il allait falloir acheter dans les prochains jours, Quang s’éclipsa pour passer un appel. Il échangea en coréen tout le long de ce dernier et raccrocha avec un sourire et un air rassuré.

*Pas d’inquiétude. Les bébés ne peuvent pas présenter dès la naissance leurs caractéristiques magiques s’ils viennent au monde sur Terre. Les pouvoirs apparaissent plus naturellement aux alentours de cinq ans.*

Clark ne demanda pas qui était l’informateur de son père. A la langue qu’il avait entendu, cela ne pouvait s’agir que d’une seule personne : Jinhyun. Lorsque les deux hommes se reconcentrèrent sur la conversation, l’échange tournait sur le choix du type de berceau.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Lun 7 Déc - 21:10

Isaki regardait ses deux familles, sa famille de cœur, et de sang, s’agiter autour d’elle avec un calme détaché presque effrayant, elle se rendait soudainement compte de tout ce que cela signifiait. Elle allait devenir mère, très bientôt maintenant. Qui aurait pu le dire il y a même pas un an ? Elle craignait trop ce qui allait leur arriver. C’était vraiment un accident cette naissance, pourtant elle ne s’était jamais posé la question de savoir si elle voulait ce bébé ou non. Il était là, point. Et avec ça, et bien tout le reste. Et elle ne l’envisageait pas autrement.
Elle posa sa main sur son ventre, là où sa fille et celle d’Ergaïl, s’agitait doucement. Elle se demandait quel genre de mère elle serait. Elle ne se sentait vraiment pas prête à cela. Sa respiration s’accéléra doucement. Elle ne devait pas se mettre à paniquer maintenant. Quang à sa gauche, la regarda un instant en fronçant les sourcils. Mais elle le rassura d’un signe discret de la tête. Elle aurait toujours sa famille près d’elle. Sa mère l’aiderait à élever sa fille. Et Marina l’aiderait à élever la magicienne qui allait naître. Cela avait un côté un peu rassurant. Et puis, cette enfant ne manquerait pas d’amour, elle serait la fille de toutes les personnes présentes dans cette pièce. Oui, elle serait probablement la petite fille la plus choyée et protégée des deux planètes. Elle ne devait rien craindre. Petit à petit elle parvint à s’apaiser. Discrètement Quang avait attrapé sa main sous la table et la serra doucement. Elle ne put retenir un petit sourire. Décidemment, son frère lisait dans ses pensées. Ergaïl quant à lui, semblait être entré dans la guerre de « non je ne baisserais pas les yeux » avec son père. Il se devait de montrer aujourd’hui qu’il pouvait assumer et protéger sa famille.

-Isaki ?

Elle sursauta à son nom.

-Oui maman ? Excuse-moi, je pensais à autre chose. Tu me disais ?
-Je te demandais si tu avais une photo de ton bébé à me montrer ?
-Euh … non.

La mère de la jeune femme pâlit.

-Tu n’as pas encore fait d’échographie ?

Encore une chose qui ne se déroulait pas de la même manière au G.S et ici sur terre. C’était Samya qui avait suivi sa grossesse, et grâce à son pouvoir, elle n’avait pas besoin de machine pour voir le bébé. Et puis Isaki avait déjà vu l’âme de son bébé. Donc, elle n’avait pas vraiment eu besoin de cette photographie pour se rendre compte de son existence.

-Bien sûr que si maman. Ce n’est pas ce que je dis, je n’ai pas de photos ici. Vus les voyages que l’on fait tous les jours, j’avais trop peur de les perdre, donc je les ais laissées à la maison. Mais ne t’en fais pas. Je t’en ramènerai.
-A quand remonte ta dernière éco ?

Zut, encore une question piège, normalement, une échographie se faisait toutes les combien de temps ? Décidemment, les grossesses n’étaient pas son truc.
-Oh, ça remonte à … moins d’un mois il me semble.
-Tu dois en avoir une de programmer bientôt dans ce cas. Aussi prêt du terme, il faut vérifier l’évolution du développement du bébé quotidiennement.
-Euh … oui bien sûr, elle est …
-Fixée pour dans 4 jours, tu as rendez-vous pour un point complet avec Samya. Et un cours d’accouchement sans douleur. C’est d’ailleurs pour cela, qu’il faudra que l’on rentre bientôt. Intervient sereinement Ergaïl.

Il paraissait tellement sûr de lui, qu’il rassurait tout le monde ainsi. Il sourit tendrement à Isaki, comme un futur papa qui savait que sa femme s’inquiétait pour le bébé, et voulait juste être présent, et s’occuper de tout ce qu’il fallait pour la rassurer.

En tout cas son intervention rassura sa belle-mère et Isaki lui rendit son sourire. Bon il était vrai qu’ils n’avaient pas de photographies du bébé maintenant. Mais peut être qu’ils pourraient voir à en faire faire une. Pour eux, et pour leurs familles sur Terre.

La discussion dériva sur ce dont le bébé allait avoir besoin bientôt. Monsieur Kishi travaillait en ce moment à l’hôpital sur quelques cas de rééducations. Il connaissait bien le pédiatre. Il proposa rapidement de prendre rendez-vous pour elle, ici au japon, pour qu’ils soient rassurés.
Isaki grogna un peu, elle avait déjà un médecin qui s’occupait d’elle, mais bon, elle finit par accepter pour que ses parents lui fichent la paix. Ils avaient besoin de rattraper ce dont elle les avait privés. Elle ne pouvait pas leur en vouloir. C’était elle qui se sentait coupable. Elle accepta à condition que son père parvienne à lui obtenir un rendez-vous pour le lendemain. Malheureusement, elle ne doutait pas qu’il y parvienne.

Finalement, elle déclara à tout le monde qu’elle était fatiguée, et qu’elle souhaitait rentrer pour se reposer. Ses parents lui proposèrent bien de rester, mais elle refusa gentiment, sous entendant à sa mère, qu’elle ne tenait pas à ce que son père et son petit ami se battent toute la soirée. Celle-ci sourit, et sembla accepter cette idée, les laissant partir tous ensemble.

Une fois sortie d’ici, Clark activa son sceau et tout le monde réapparut au temple, il y eu un grand moment de silence alors que leur petit groupe semblait sentir la tension redescendre. Finalement ce fut Liam qui brisa ce silence.
-Et bien sur ce coup-là … on l’a échappé belle.

Cette simple phrase fit partir Isaki dans un fou rire nerveux, elle ne put s’empêcher de rire et de rire encore. Finalement ces amis se joignirent à elle, et il fallut au moins 5 bonnes minutes pour les calmer.
-Liam a au moins raison sur quelque chose pour une fois. On l’a vraiment échappé belle.

Ils finirent par tous rentrer. Il était tard, et Isaki ravit ses amis, en décrétant que pour une fois, elle avait une fin de loup. Samya présente, râla qu’elle avait ENFIN une réaction normale. Tout le monde se mit donc aux fourneaux. Il fut décidé de manger Mexicain avec des fajitas ce soir. Vus leur nombre, le repas fut préparer en moins de 10 minutes, et tout le monde se retrouva dans le salon à faire tourner un grand plateau central sur lequel était disposé tous les aliments. Il y eu beaucoup de rire et mêmes quelques catastrophes, mais dans l’ensemble toute la soirée apparut comme idéal.

**
*

Le lendemain, tout le monde flemmardait à la maison quand on sonna à la grille. Isaki grimaça en voyant sa mère et ses sœurs qui l’attendaient. Elles paraissaient toute joyeuses, et cela ne sentait pas très bon pour elle. Elle ne devinait pas à quel point.

-Isaki, on va aller faire du shopping !!
-Pardon ?
-Pour le bébé. Avant ton rendez-vous à l’hôpital à 15h.

Isaki eut un sourire crispé.
-Alors comme ça, papa a réussi à avoir un rendez-vous aujourd’hui avec son spécialiste.
-Oui, un gros coup de chance en fait. Parce qu’il y a eu un désistement. Alors on t’emmène, toi et toutes les filles dans cette maison, Ergaïl pourra nous rejoindre à 15h s’il le souhaite.

Elle jeta un regard à Quang qui était arrivé derrière elle, et semblait se retenir de pouffer de rire devant sa tête.
*si tu m’abandonnes maintenant, je te préviens que je vais te le ferais payer.*

Quang secoua la tête, et lui fit juste un petit signe de la main pour la saluer alors qu’elle se faisait entrainer par tout le monde. Elle grogna sérieusement, mais se laissa emporter. Finalement sa mère l’emmena dans un grand centre commercial, ou l’attendait plusieurs boutiques pour bébé. Isaki dut avouer tout de même que tout ce qu’elle voyait était à croquer, et elle ne put s’empêcher de s’attendrir. Elle se retrouva dans le rayon des peluches et tomba sur un petit ours en peluche Ted, qui la regardait avec des grands yeux bleus. Il était si doux, qu’elle ne put s’empêcher de le caresser doucement. Les larmes lui montèrent aux yeux. Sans vraiment qu’elle sache pourquoi.

-C’est vrai qu’il est adorable. Je suis sûre qu’il plairait vraiment à ta fille. Lança soudainement la voix de Quang dans son dos

Elle sursauta en se retournant, pour trouver Quang, Ergaïl et Clark, les bras chargés de petites peluches, ou de robes de toutes les couleurs.

-Mais … qu’est-ce que vous faites là ?

Ergaïl s’approcha et vint l’embrasser doucement.
-C’est ma fille aussi. Ta mère est adorable, mais il me semble que j’ai tout de même mon mot à dire sur ce que sera la chambre de ma fille.

Quang s’approcha à son tour, et la prit dans ses bras.
-Il me semblait bien que tu avais plus besoin de notre soutien que d’une séance shopping seule. Et regarde ce que j’ai trouvé. * il sortit de ses achats, un petit chat qui avait la même couleur de poils que les cheveux d’Isaki, rappelant évidemment la mère du bébé sous sa forme de Neko. Celle-ci ne peut s’empêcher de fondre*
-Tu as raison, il est magnifique.

Elle se sentit mieux avec la présence de toute sa famille autour d’elle. Clark aussi avait insisté pour être de la partie. En fait, c’était sa cousine qui allait naître, et lui qui n’avait connu que la mort, avait envie de célébrer maintenant la vie. Il batailla net avec la sœur d’Isaki pour offrir un projecteur de lumière au plafond, pour apaiser le bébé avant de s’endormir. Celle-ci voulait lui offrir des animaux, mais lui insistait pour la voie lactée. Finalement les deux parents purent choisir ensemble. Cela apparaissait vraiment important pour Clark, c’était un moment de sa vie important, quand lui et son père regardaient parfois les étoiles. Isaki pouvait comprendre cela en tant que sa marraine, et elle choisit pour lui.

Quang aussi la surprit, il s’intéressait vraiment à tout ça, lui dégotta un magnifique petit pyjama aussi blanc que la neige, et très doux, il était vraiment à croquer, et était parfait comme premier vêtement pour leur petite fille à venir. Ergaïl ne tarda pas à arriver avec le petit bonnet qui allait aller avec.

Finalement se fut sa mère qui la fit pleurer. Elle sortit de son sac, une couverture en laine bleue, elle semblait ancienne mais magnifique tout de même.
-J’ai emmailloté chacun de mes enfants dans cette couverture. J’aimerai qu’elle te revienne maintenant, pour ta petite fille.

Isaki ne répondit pas, elle pleurait et vint simplement serrer sa mère dans ses bras. C’était un magnifique cadeau.

Finalement, ils réussirent à passer un très bon moment, 15h arriva vite et ils allèrent tous à l’hôpital. L’infirmière fut un peu dépassée vu la taille de leur groupe, mais le médecin ne parut pas surpris, à priori Monsieur Kishi avait dût prévoir le coup.
-Bien, bien,… j’ai prévu une grande salle d’examen, encore heureux pour moi. Messieurs Dames, je vous propose de patienter quelques minutes, le temps que je reçoive un petit peu Mademoiselle Kishi seul à seule, et puis nous vous appellerons pour l’échographie d’accord ?
-On ne peut pas y assister ? Isaki n’apprécie pas outre mesure les médecins.

Cette remarque fit rire tout le monde. Mais finalement la future maman suivit le médecin toute seule après les avoir rassurés. Elle se retrouva effectivement dans une grande salle d’examen, avec un écran incrusté au mur, ou serait projetée l’échographie.

-Et bien, on peut dire que vous êtes bien soutenue. Je ne crois pas avoir jamais vus autant de monde, d’habitude j’ai souvent un papa paniqué, et des parents tout aussi paniqués.
-C’est l’idée, seulement vous avez aussi les frères et sœurs, ainsi que les neveux, et les amis … tout aussi paniqués en réalité.

Le médecin ne put s’empêcher de rire.
-J’espère juste qu’ils ne tourneront pas tous de l’œil.
-Oh non, ça devrait aller quand même.
-Bon, nous allons commencer. Je me présente tout d’abord : je suis le docteur Connor, votre père m’a aidé à m’installer, et il est venu me demander si je pouvais faire un point sur votre grossesse surprise pour eux. Si j’ai bien compris, vous vivez pour le moment en Afrique.
-Je voyage beaucoup dirons-nous.
-C’est ce que j’ai crus comprendre.

Il la fit s’installer sur la table d’examen, et remonta simplement son tee-shirt, auscultant doucement son ventre.
-Vous travailler dans l’humanitaire c’est cela ?
-Oui, nous travaillons à fonder une fondation, pour aider les orphelins de guerre.
-C’est vraiment une idée magnifique j’avoue.
-Merci beaucoup. Ce projet me tient à cœur, offrir une famille à ces enfants. Surtout depuis que je m’apprête à devenir mère aussi.
-Vous en êtes ou dans votre grossesse.
-J’en suis au 7ème mois, bientôt 8 d’ailleurs.

Il continua à l’ausculter un moment avant de se poser devant elle.
-Bien …De ce que je peux voir pour le moment, le bébé a un cœur qui bat correctement, son développement n’est pas très avancé, mais pas non plus en retard. Vous avez subit des stress au début de votre grossesse ?
-Je suis bien couverte par le secret médical ?
-Bien sûr, tout ce que vous direz dans cette pièce, restera entre nous, si vous le souhaitez.
-Disons que mes parents ne le savent pas, je ne voulais pas les affoler, mais c’était la guerre, il y a peu de temps encore en Afrique profonde, et nous avons été pris en otages par des tribus belligérantes. C’était au tout début de ma grossesse, donc j’ai fait une sorte de déni de grossesse au début. Donc effectivement il y a eu … disons un peu de stresse.

Au crédit du médecin, il parvint à rester plutôt calme.
-Ah oui quand même.
-Je tiens à ce que ce point reste entre nous.
-Je comprends. Mais en soit l’état du bébé est plutôt bon, par contre, vous vous êtes un peu faible, votre tension n’est pas excellente. Il faudrait vraiment que vous leviez le pied, je pense que votre médecin a dût vous le dire … Votre corps se prépare à une épreuve des plus douloureuses, pour cela il emmagasine de l’énergie, mais vous devez probablement pomper dessus, et il ne peut pas faire ces réserves.
-Oh, oui, ma médecin me l’a …dirons-nous hurlés au moins une bonne dizaine de fois.
-Vous devriez réellement l’écouter, au jour d’aujourd’hui, si vous accouchiez, ce serait dangereux pour vous, et pour votre bébé.

La jeune femme eu un pâle sourire.
-Je comprends.
-Il me semble que vous parlez de repartir ?
-Oui, mais pas longtemps, juste deux petites semaines, et ensuite je reviendrais, et je vous promets que je me reposerais.
-Je déconseille très fortement ce voyage, mais il me semble avoir compris que c’était nécessaire. Donc allez-y, mais j’aimerai tout de même faire quelques recommandations à votre compagnon pour qu’il veille sur vous.
-Ne vous en faites pas pour ça. Samya, mon médecin, nous attendra là-bas, et elle ne va pas me lâcher.
-Soit, parlons un peu de l’accouchement. Vous voulez accouchez chez vous ?
-et bien, je pense oui.
-je ne serais que trop vous recommander d’accoucher à l’hôpital, surtout vous.
-Je pense qu’un vrai petit hôpital sera installé à la maison. Samya est une amie, elle viendra à la maison.
-J’apprécierai de la rencontrer avant si cela ne vous dérange pas. Être deux à suivre un cas comme le vôtre ne peut pas faire de mal.
-Un cas comme le mien ?
-Je connais des femmes enceinte de 5 mois qui paraissent plus proche du terme que vous. Donc oui, dans votre cas. Vous pratiquez un sport ?
-Et bien … oui de la gymnastique. J’en ai pratiqué en compétition, et maintenant en amateur.
-Cela a dût éprouver votre corps aussi. Vous devriez faire attention à tout cela, ce sont autant de facteurs qui peuvent rendre une grossesse et un accouchement difficile. Je sais que je dois vous paraitre moralisateur, mais je vous promets que ce n’est que pour votre bien, et celui de votre enfant à venir. Je n’ai pas pour habitude de recevoir des patients en coup de vent, j’ai la mauvaise habitude de continuer à m’accrocher à mes patientes.
-Je vois …
-Bien maintenant que ceci est vu, je voudrais vous prescrire un traitement contre la tension, cela vous convient-il ?
-Si cela peut vous rassurer.
-Votre compagnon, Ergaïl c’est cela ? Vous l’autoriserez à reconnaitre l’enfant ?
-Pardon ?
-Et bien vous n’êtes pas mariés, donc techniquement, si vous ne souhaitez pas qu’il voit l’enfant, vous pouvez nous le signaler. Je sais que cette question est étrange, mais je me dois de la poser à toutes mes patientes.

Isaki ne put retenir un petit rire amusée.
-Non, c’est bon, il reconnaitra l’enfant, et c’est bien le sien.
-D’accord, dans ce cas, je vais le faire entrer pour que nous puissions parler ensemble de l’accouchement, puis nous passerons à l’échographie si vous le souhaitez.
-Je crois que vous pouvez faire entrer tout le monde, ça vaudra mieux.

Le docteur sourit, et se leva. Il commit juste une petite erreur. Il s’approcha avec une aiguille de la jeune femme. Sur le coup Isaki sursaute et recula brusquement.
-Oulà c’est quoi ça !
-Non, ne vous inquiétez pas, je ne voulais pas vous effrayer, c’est pour une prise de sang tout simplement. Un contrôle de routine que vous avez déjà dû passer de nombreuses fois.

Cependant dans sa précipitation à reculer Isaki percuta un plateau d’instrument stérilisé qui s’écrasa au sol, cela fit un bruit d’enfer en tombant sur le sol. Cela plus son cri de surprise.
-Vous n’auriez jamais dus faire ça …

Il la regarda sans comprendre, et cela ne manqua pas. Pas moins de trois secondes plus tard, la porte s’ouvrit avec fracas, Ergaïl, Quang, Liam et Clark débarquèrent visiblement furieux et prêt à en découdre.
-Isaki !

La jeune femme s’empressa de les rejoindre pour les rassurer, elle fit immédiatement placée à l’arrière, confiée à Quang pendant que les trois autres faisaient barrage contre tout danger potentiel. Son frère la regarda rapidement, cherchant à déterminer ce qui n’allait pas. Il était visible qu’elle était nerveuse, mais elle n’avait pas l’air blessée.

-Tu vas bien ?
-Je vais bien, il a tenté de me faire une prise de sang, et cela m’a surpris, désolée. C’était une fausse alerte. Tout va bien.
-Tu en es sûre ? Tu es toute pâle.
-Ce n’est rien. Ou est ma famille ?
-Clark les a … fait patienter dirons-nous. On était inquiet pour toi.

Il fit signe aux garçons de se détendre, et Ergaïl vint reprendre sa place auprès de la jeune femme. Le pauvre médecin, lui ne semblait pas vraiment content.
-Je comprends maintenant pourquoi vous êtes aussi sujette au stress, ils vous arrivent souvent de débarquer ainsi en manquant d’assassiner tout le monde ?

Les garçons l’ignorèrent complètement. Liam se tourna vers sa sœur.
-alors ? Qu’as dit le doc’ ?
-Que tout allait bien. Rassurez-vous.
-Ce n’est pas tout à fait ce que j’ai dit. Intervient celui-ci

Pour une fois, les garçons lui prêtèrent attention.
-Alors qu’avez-vous dis ?
-Les mêmes blablas que Samya, plus de repos, que je suis trop maigre pour le moment … Voilà tout.
-J’ai aussi appuyé sur un autre point. Intervint le médecin. Si le bébé est en bonne santé, ce que nous confirmera l’échographie, ce n’est pas forcément votre cas. Cet accouchement pourrait être dangereux pour vous.

Cette fois il avait toute leur attention. Isaki devait au moins lui accorder ceci, ses amis étaient passés en mode guerrier, mais il leur tenait tête avec courage. Elle l’aimait bien finalement.

-Ok. Clark, s’il te plait ?

Celui-ci acquiesça et figea de nouveau le temps. Ergaïl allait ouvrir la bouche, mais elle le coupa.
-On se calme. Une personne normale serait effectivement dans ce cas, mais croyez-moi, après avoir sauvé Quang dans le monde des flammes, ce sera une vraie sinécure cet accouchement. Et il ne sait pas que je peux reconstituer mon énergie beaucoup plus rapidement que la moyenne. Il s’inquiète pour ça, c’est tout.
-Mais marraine … Samya a spécifié que tu devais …
-Refaire mes propres réserves d’énergie. Bien sûr, j’étais à un niveau proche de zéro, et je parais déjà juste un peu fatiguée, ne vous en faites pas. Ne paniquez pas, dites-lui seulement que vous allez faire attention, profitons de l’échographie, et rentrons seulement à la maison d’accord ?

Elle ne leur laissa pas vraiment le temps d’objecter quoi que ce soit et se remis à sa place. Clark soupira, il avait bien d’autres objections, ainsi que tous les hommes présents dans cette pièce, mais il finit par remettre le temps en place.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Mer 9 Déc - 19:10

Une grossesse. C’était la deuxième que leur groupe affrontait, et la première à aller aussi loin. Ary ‘ avait perdu son enfant bien avant, aux alentours du troisième ou quatrième mois. Alors d’un certain côté, tout le monde faisait son possible afin que celle d’Isaki se passe pour le mieux, surtout après tout ce que tout le monde avait déjà affronté. Quang sentait sans aucune parole que sa cadette n’allait pas très bien, et l’interrogea silencieusement. Avec les années, tous les deux avaient développé des expressions de visage qui se suffisaient afin de demander des choses et d’obtenir des réponses brèves. Profitant de sa proximité avec la neko, le jeune homme lui tint la main, afin de la rassurer. Non, la demoiselle Kishi ne serait jamais seule pour se confronter à cette grande étape de la vie.

Mener une double vie n’était jamais simple. C’était une chose que tout leur groupe savait. Seulement quand cette dernière comportait des éléments qui n’avaient strictement, ni de près, ni de loin, avec la réalité de l’autre, il pouvait devenir complexe, voire impossible de faire marier les deux. En tant que mère et étant passé plusieurs fois à travers cette épreuve de l’accouchement, la mère d’Isaki ressemblait presque à une experte en la matière, et il était vraiment difficile pour eux de savoir rebondir. Cependant ce fut Ergaïl qui grâce à un mensonge prononcé avec aplomb laissa tout le monde silencieux. Cela lui accordait en plus le crédit de passer pour un homme responsable. Les échanges continuèrent ensuite sur ce qui était nécessaire pour la jeune femme et le bébé à venir. La future maman dû céder sur certains points, notamment concernant des rendez-vous futurs avec des spécialistes nippons. Isaki déclara ensuite qu’elle était fatiguée, et que tout le monde devait rentrer, ne serait-ce que pour éviter une troisième guerre mondiale entre son père et son petit ami. Ce fut rapidement fait, grâce à la magie, et une phrase libéra tout.

- Et bien sur ce coup-là … on l’a échappé belle.

Le fou-rire qui s’en suivi fut phénoménal. C’était le moins que l’on puisse dire. Comme quoi, l’unité de leur groupe restait leur force, peu importe la situation. La soirée se passa de manière excellente, dans les rires et la bonne humeur, avec une neko semblant enfin manger pour deux, ce qui rassura tout le monde, à commencer par Samya. Puis alors que tout le monde était couché, Quang observant les étoiles fut rejoint par Ary’.

- Comment te sens-tu ?
- Je ne sais pas. Toute cette situation est étrange. Je crois que tu l’as ressenti.
- Je mentirai en disant le contraire. Les choses changent. Nous avons changés. Les évènements actuels ne doivent pas réellement te mettre à l’aise non plus.
- Ainsi donc, tu avais vu ça aussi. Je pensais l’avoir pourtant bien caché.
- Je ne crois pas que les autres l’ait vu. Seulement nous sommes ensemble depuis assez longtemps pour que je devine quelle devrait être ta réaction normale, Ary’.
- J’ai besoin de m’éloigner. Prendre le temps de réfléchir. A tout ça. A nous aussi. Ces derniers temps, nous n’avons pas vécu pour nous.
- Je le sais. Je ne t’en empêcherai pas. Prends le temps dont tu as besoin. Je dirai aux autres que tu as du aller régler des choses dans ta famille, au GS.
- Merci de me comprendre. Je t’aime.
- Moi aussi, je t’aime.

Les deux s’embrassèrent, avant que la neko de foudre ne parte pour le GS. Quang trouvait cependant que ce baiser était bien plus éloigné que les précédents. Il n’en était pas encore certain, cependant à son avis, une autre page était en train de se tourner. La guerre, leur distance actuelle et la naissance joyeuse dans leur groupe d’un enfant alors qu’elle ne s’était jamais complètement remise d’avoir perdu le sien, sans doute cela faisait-il beaucoup. Le Tsurugi partit se coucher par la suite.

*
**

Le lendemain matin, le maitre des lieux se réveilla tôt, comme d’habitude, et avec l’aide de Benkei et d’Akira, s’occupa du temple et du petit déjeuner de tout le groupe. Ce fut une fois ce dernier avalé et tout le monde en mode détendu que la porte du temple se fit entendre. Par habitude, Quang partit voir et vit sa cadette sur le point de se faire embarquer pour ce qui semblait être une grande séance shopping entre filles. La neko n’eut pas vraiment le choix, et assez rapidement, les hommes se retrouvèrent seuls.

- Qu’est-ce que l’on fait en attendant ?
- Je propose que l’on range tout cela, puis que l’on aille nous aussi à la recherche de ce qui devra être présent pour ce bébé.
- Je crois que c’est une excellente idée. Après tout, tu es le père de l’enfant, à toi de t’investir. Clark ?

Ce dernier hocha la tête et bientôt toutes les pièces du temple qui avaient été utilisées finirent dans un état de propreté plus qu’impeccable. La magie des sceaux avait vraiment ses avantages. Les hommes partirent ensuite dans le même centre commercial que ces dames, et se mirent en recherche de ce qui pourrait être utile, ou juste parfois mignon. Après plusieurs sacs d’achats, contenant des vêtements, des peluches et d’autres objets utiles, le groupe masculin décida de rejoindre celui des élues de leurs cœurs.

- C’est vrai qu’il est adorable. Je suis sûre qu’il plairait vraiment à ta fille. Lança soudainement la voix de Quang dans son dos

Elle sursauta en se retournant, pour trouver Quang, Ergaïl et Clark, les bras chargés de petites peluches, ou de robes de toutes les couleurs.


- Mais … qu’est-ce que vous faites là ?

Ergaïl s’approcha et vint l’embrasser doucement.

- C’est ma fille aussi. Ta mère est adorable, mais il me semble que j’ai tout de même mon mot à dire sur ce que sera la chambre de ma fille.

Quang s’approcha à son tour, et la prit dans ses bras.


- Il me semblait bien que tu avais plus besoin de notre soutien que d’une séance shopping seule. Et regarde ce que j’ai trouvé.


Le mage sortit de ses achats, un petit chat qui avait la même couleur de poils que les cheveux d’Isaki, rappelant évidemment la mère du bébé sous sa forme de Neko. Celle-ci ne peut s’empêcher de fondre.

- Tu as raison, il est magnifique.

Elle se sentit mieux avec la présence de toute sa famille autour d’elle. Clark aussi avait insisté pour être de la partie. En fait, c’était sa cousine qui allait naître, et lui qui n’avait connu que la mort, avait envie de célébrer maintenant la vie. Il batailla net avec la sœur d’Isaki pour offrir un projecteur de lumière au plafond, pour apaiser le bébé avant de s’endormir. Celle-ci voulait lui offrir des animaux, mais lui insistait pour la voie lactée. Finalement les deux parents purent choisir ensemble. Cela apparaissait vraiment important pour Clark, c’était un moment de sa vie important, quand lui et son père regardaient parfois les étoiles. Isaki pouvait comprendre cela en tant que sa marraine, et elle choisit pour lui.

Quang aussi la surprit, il s’intéressait vraiment à tout ça, lui dégotta un magnifique petit pyjama aussi blanc que la neige, et très doux, il était vraiment à croquer, et était parfait comme premier vêtement pour leur petite fille à venir. Ergaïl ne tarda pas à arriver avec le petit bonnet qui allait aller avec. Finalement se fut sa mère qui la fit pleurer. Elle sortit de son sac, une couverture en laine bleue, elle semblait ancienne mais magnifique tout de même.

- J’ai emmailloté chacun de mes enfants dans cette couverture. J’aimerai qu’elle te revienne maintenant, pour ta petite fille.

Isaki ne répondit pas, elle pleurait et vint simplement serrer sa mère dans ses bras. C’était un magnifique cadeau. Le groupe se dirigea ensuite vers le lieu du rendez-vous pour l’échographie. Les discussions allaient bon train et tout le monde semblait à la fois souriant, et stressé. Après tout, nul ne savait ce que ce spécialiste allait leur dire. Bien que cela passe difficilement sur le départ, tout le monde accepta de patienter et de laisser Isaki rentrer seule. Certaines choses ne concernaient sans doute que la future mère. Chacun essayait de tromper l’attente à sa façon, mais tout le monde était concentré de manière à entendre le moindre bruit, par habitude. Difficile de changer ce qui avait toujours été une façon de vivre. L’attention avait même finit par se relâcher un peu, ainsi que la légère tension, jusqu’à ce qu’un cri et un bruit de chute d’objets métalliques n’alerte tout le groupe. Cette voix, c’était celle d’Isaki. La seconde suivante, les parents de la jeune femme étaient figés et le quatuor d’hommes arriva très rapidement dans la grande salle, prenant les mesures de sécurité qui s’imposait et plaçant donc la Kishi en retrait avant d’analyser la situation.

S’en suivit un échange à propos de ce qui s’était passé, et Quang dû reconnaitre que malgré tout, ce médecin ne manquait pas de cran. Quatre personnes venaient de débouler devant lui, en position martiale et prêtes à en découdre, mais cela ne l’empêchait pas de conserver un calme olympien. Rien que cet élément méritait le respect. Les paroles continuèrent, plus ou moins houleuses, mais finalement tout le monde commença à reprendre place, et les hommes retournèrent ensuite à proximité des parents d’Isaki, reprenant leur position surprise. Après tout, pour ces derniers ne se seraient écoulé qu’une seule seconde.

La jeune femme n’en finirait donc pas de leur faire des frayeurs. Dire qu’ils en avaient encore pour environ un mois dans cette situation ne put pousser tout le monde qu’à sourire en fait. Mieux valait que les cris de surprises soient poussés à cause de cheveux qui disparaissaient soudainement ou de seringue, qu’à cause d’un véritable combat à venir. L’ensemble du groupe finit ensuite par entrer pour profiter de l’échographie, tous ensemble. C’était étrange de voir la petite ainsi. L’image était tellement moins nette que la magie de Samya, ou encore du souvenir que pouvaient avoir les deux parents de l’âme de leur fille. Mais pour quelque chose ne se servant uniquement que de la technologie, c’était ressemblant. Tout le monde semblait déjà gaga de la petite fille.

*
**

Quelques jours plus tard, alors que la majeure partie d’entre eux étaient au temple, une personne était venue frapper à la porte de cette dernière. Malgré des changements au niveau du physique, Clark qui fut celui qui ouvrit reconnu Chiwen.

- Tiens donc, je ne m’attendais pas à te voir.

- Votre groupe est là ?
- En grande partie oui. Je suppose que cela va démarrer aujourd’hui ?
- D’ici demain, en fait.
- Je vais les prévenir.
- Il me reste beaucoup de choses à faire, donc je repars. A très vite.

C’est ainsi que leur groupe commença à se préparer, et aussi à faire semblant de faire les préparatifs pour un nouveau voyage vers l’Afrique. Tout le groupe finit par revenir au temple, et à passer par le portail du temple.


- Il vaudrait mieux me mettre un sceau pour me tracer.
- Pourquoi donc ?
- C’est la première fois que je vais repasser un portail depuis mon retour.
- Je ne comprends pas.
- J’ai parfois tendance à oublier que tu es né au GS. Lorsqu’un humain passe un portail pour le GS la première fois. Il se retrouve dans un lieu à part, appelé la salle de la révélation. Dans cette dernière, il a un aperçu de ce que sera son pouvoir. Hors, comme je suis mort puis revenu à la vie grâce à ta marraine, c’est comme si c’était un nouveau moi qui allait franchir un portail. Donc je vais sans doute me retrouver éloigné de vous tous. Logiquement, je devrais atterrir tout de même à Tanaveria, mais rien n’est moins sûr. Donc que vous puissiez venir me chercher sera utile, si malgré un retour de futurs pouvoirs, je ne suis pas encore capable de réutiliser les sceaux classiques.
- Je connais tout de même cette salle. La première fois que j’ai voulu voyager vers la Terre, je m’y suis retrouvé, et un miroir en face de moi m’a montré mon apparence humaine, avant que je n’y arrive réellement. J’ignorais juste son nom.


Quang salua tout le monde, et franchit le portail avec eux. Sans surprise, il sentit qu’il s’éloignait de ses amis, et se retrouva à nouveau dans cette salle immaculée. La seule présence particulière venait des cinq piliers de diamant brut. La première fois, il s’était retrouvé dans une armure de samurai. Là, rien de ce type ne semblait être présent. Ses pouvoirs allaient donc réellement changer. Pourtant, alors qu’il observait attentivement, sa vision des choses semblait trouble. Un peu à la manière de ce qui pouvait se produire en été, lorsqu’il faisait trop chaud. Fixant plus encore son attention, le mage remarqua que cette impression était en fait dû à un shuriken, qui passait tellement vite d’un endroit à un autre en volant, qu’il semblait être presque partout à la fois.

- Un pouvoir basé sur un côté tranchant, et la vitesse. Ainsi que la possibilité de plus ou moins flotter alors… Je vois.

Cela ressemblait à un mélange entre la sérénité, la dernière forme de son pouvoir et la sorte de lévitation que pouvait pratiquer Isaki grâce à ses flammes. Le jeune homme s’approcha d’un miroir, et s’observa. Ses habits terriens étaient remplacés par une armure souple, assez proche du corps. Elle ressemblait avec des différences, à celle du groupe des assassins. Avec quelques renforts par endroits. La lame de son grand-père était dans son dos. Son visage semblait cependant comporter des traits plus félins. D’ailleurs, lorsqu’il ouvrit la bouche, ses canines semblèrent être plus prononcées.

- Cela a aussi eu des conséquences sur mon physique. Mais bon, pas de queue ou d’oreilles… pas de miaulement non plus apparemment. Ouf j’ai échappé au pire apparemment.

Une fois cette inspection finie, le Tsurugi franchit le miroir et se retrouva donc complètement plongé dans le GS. Sans réelle surprise, ce dernier se retrouva à Tanaveria. Preuve s’il en fallait une, qu’il restait malgré tout un mage. Ce dernier tenta bien un sceau rapide afin de créer un portail, mais ce dernier ne produisit rien. Tout comme il l’avait pensé… La magie avait beau avoir retrouvé une place dans son corps, ce dont il était certain puisqu’il ne se sentait plus vide… tant qu’il n’aurait pas appris à maitriser son nouveau pouvoir et ses canaux, il restait malgré tout sans possibilité d’utiliser même les choses les plus simples. Toujours cette harmonie entre le corps et l’esprit.

Son fils ne tarda cependant pas à venir le récupérer, et Quang passa le portail temporaire avec lui pour se retrouver dans les quartiers de l’Alliance. Au vu de la raison de leur présence, tous les deux allèrent se changer pour revêtir les tenues indiquant leurs rangs respectifs. Le groupe les attendait déjà. Ils n’allaient pas tarder à être transférés vers le tribunal martial. En attendant, ses amis semblaient bien décider à observer Quang sous toutes les coutures, pour essayer de deviner les changements.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Ven 9 Déc - 17:42

Après tout ce qu’il s’était passé, rentrer au temple fut un soulagement. Ses parents auraient appréciés la garder auprès d’elle, mais Isaki refusa. Elle avait besoin d’un peu de calme, ce que ses sœurs, et sa famille (elle entendait par là les oncles et les tantes qui seraient capables de débarquer en apprenant la nouvelle), ne pouvaient lui apporter. Pour le bien du bébé allait devenir une arme magique … qui se révéla à double tranchant lorsque Clark se mit en tête de l’inciter à se reposer.

-Fais attention Clark, on dirait ton père ! Grogna t’elle en allant s’installer dans la bibliothèque.

Elle sortit qu’elle avait faim, et Ergaïl disparut dans la cuisine, la laissant seule. Quang l’a rejoignit et lui sourit. Elle vint se poser dans le canapé avec lui et posa sa tête sur son épaule.

-ça va ? demanda-t-elle
-La question est plutôt à te retourner.
-Arya n’est pas là. Répondit-elle simplement

Quang soupira,
-effectivement.

Il n’avait pas besoin d’en dire plus, et elle lui fit un gros câlin.
-Je suis désolée quand même.

Il lui ébouriffa les cheveux, et elle émit une imitation du miaulement qu’elle aurait émis au GS. Ce qui fit rire son frère de cœur.
-Et toi ? que me caches-tu ? Demanda-t-il
-rien du tout.
-Menteuse. Je lis en toi comme dans un livre ouvert tu sais ? Ergaïl est aveuglé par son amour pour toi, mais ce n’est pas mon cas. Alors ?
-Toujours pas.
-Deux médecins ont été réduits au silence par tes soins alors qu’ils voulaient nous parler. Tu vas me le dire ou je dois parler de mes soupçons à toute cette maison ?
-Tu ne le ferais pas.
-Tu veux parier ?
-Tu sais que depuis que je t’ai ressuscité, tu es encore plus chiant que d’habitude. Rétorqua-t-elle vertement.
-Je n’ai plus de pouvoirs, je tente de m’adapter comme je peux. Et tu es ma sœur, donc je pourrais même faire pire si tu continues.

Elle soupira à son tour.
-Crache le morceau ! L’incita Quang avant qu’elle ne trouve d’autres arguments à lui opposer.
-Il se pourrait … que l’accouchement soit un peu plus compliqué que ce que je laisserai entendre.

Il y eu un blanc, avant qu’il ne se reprenne.
-Pourquoi ?
-Parce que je triche encore, je ne m’en suis pas rendue compte immédiatement, mais en réalité j’arrive de moins en moins à recharger mes propres batteries. J’utilise mon pouvoir de manière inconsciente pour me soutenir depuis près de 3 mois.
-3 mois ?! Et si tu arrêtais ?
-Je n’y arrives pas, j’ai essayé, mais je n’y arrive pas. Je m’effondre si je coupe le flux. J’ai essayé une sorte de programmation pour une nuit. Et le résultat n’a pas été beau à voir. Et si je m’affaiblis trop, j’affaiblis aussi le bébé, donc je ne peux pas arrêter.
-Mais le jour de l’accouchement …
-Vu la puissance de mon pouvoir, la nature risque tout bêtement et tout simplement de le faire disparaitre.
-Mais …
-Il y a une bonne raison pour laquelle je te parle à toi, et à personne d’autres. J’ai une confiance infinie en toi Quang, et je sais que tu feras toujours au mieux pour moi. Je ne dis pas que je vais t’empêcher de tout tenter, et je tenterai tout aussi de mon côté, et puis si cela se trouve Samya paniquait pour rien. Mais, dans le pire des cas, si le pire devait advenir …
-Non ! Je ne veux pas entendre ça !
-… je veux que quoi qu’il arrive, tu sauves ma fille ! On a déjà vécu des situations semblables Quang ! Ne le dis pas aux autres, Ergaïl serait capable de vouloir l’inverse. Je ne suis pas prête à parier là-dessus. Donc s’il te plaît !
-Parce que moi je ne voudrais pas l’inverse ? Isaki je …
-Parce que elle sera un peu aussi comme ta petite sœur.
-Quoi ?
-Liam n’avait pas tout à fait tort tu sais ? j’ai donné une petite partie de moi pour te sauver la vie. Une petite partie de ma flamme. C’est une blessure que je n’ai pas encore réussi à guérir, et dont je ne pourrais m’occuper que plus tard. Mais tu es liée à cette vie, au même titre que moi. Si moi je suis prête à le faire. Je sais que toi aussi tu le feras …

Elle sourit à son frère et déposa un baiser sur sa joue.
-Quang, je ne parle que du pire des cas, c’est juste pour me rassurer, que tu saches ce que je souhaite d’accord ? Rien ne nous dis que l’on en arrivera là d’accord ?
(Je mets volontairement cette partie, pour amener aux bêtises d’après XD)

Il se tut et la serra tout simplement dans ses bras. Les autres arrivaient en riant, et ils se sourirent l’un l’autre, avant de se redonner une contenance. Ergaïl lui avait préparé une soupe miso, elle sourit en la prenant, même si c’était un peu crispé. Effectivement cela avait un goût un petit peu brulé. Clark secoua la tête amusée, et Liam appela Ergaïl juste un instant, le temps que Clark se rapproche de sa marraine. Elle sentit la soupe disparaitre, et réapparaitre dans sa main juste un instant plus tard … la nouvelle avait tout de même meilleure odeur.
Isaki lui adressa un coup d’œil en articulant un merci silencieux.
La soirée se déroula paisiblement. Depuis le temps qu’ils n’étaient plus venus sur Terre, beaucoup de choses avaient changés. Et ils avaient également accumulés un sérieux retard sur les nouveaux films, dont Clark n’était d’ailleurs pas au courant de grand-chose.

-Un film d’horreur ! jubila Liam
-Dans tes rêves. Isaki ne les apprécie pas. Et pourquoi pas un film fantastique ? Contra Ergaîl.
-On en voit déjà assez non ? Un bon film d’actions.
-Marraine n’a qu’à choisir.

Ils se tournèrent vers Isaki, mais celle-ci bien heureuse d’être au sein de sa famille, et apaisée, c’était endormie la tête sur les genoux de son frère. Quang sourit
-Je crois qu’elle nous laisse le choix.

**
*

Elle dormit tard, elle ne s’était même pas réveillée lorsqu’à la fin de la soirée Ergaïl l’avait prise dans ses bras pour la ramener dans leur chambre. Elle ne se réveilla même pas lorsqu’il descendit déjeuné. Finalement lorsqu’elle se décida à émerger, il était près de midi, et les garçons étaient en train de préparer le déjeuner.
-Bonjour la belle au bois dormant. La railla Liam.

Elle sourit amusée.
-Bah oui, mon prince charmant n’est pas venu me réveiller d’un baiser. Répondit elle en s’approchant de son homme.

Elle l’embrassa chastement, mais il ne lui en fallut pas plus pour comprendre que quelque chose clochait. Elle jeta un regard vers Quang, qui avait son air grave.

-D’accord. Soupira-t-elle. Attendez que je boive mon verre de jus d’orange avant de m’annoncer que le ciel nous tombe sur la tête s’il vous plaît.

Les garçons ne dirent rien, ils pouvaient bien lui accorder encore quelques minutes à profiter de cette belle matinée. Ergaïl lui donna son verre, sans oublier les petits cachets que lui avait prescrit le médecin. Elle les refusa poliment en expliquant qu’elle préférait auparavant en parler avec Samya. Ce n’était pas une requête trop farfelue et on l’a laissa faire. Une fois qu’elle fut installée au comptoir de la cuisine avec une tasse de chocolat chaud (et oui, elle restait un chat même sur terre, et elle n’avait même pas eu besoin de le demander.) elle se tourna vers eux déterminée.
-Allez-y envoyé la sauce.
-On a reçu de la visite ce matin. Commença clark
-C’est pour demain. Ajouta Quang.

Isaki accusa la nouvelle en silence. Elle finit par se relever.
-Bon, et bien je pense qu’il faut aller se préparer. Dommage, je voulais commencer la chambre du bébé aujourd’hui.
-Tu n’es pas obligée de venir tu sais … Commença Ergaïl
-Si, je viens. J’ai également besoin de savoir que tout cela est terminé d’accord ? On a commencé tout cela ensemble. Terminons cela ensemble. Et puis … Il vaut mieux qu’elle ne soit plus de ce monde avant que notre fille n’y vienne.

Elle avait parlé d’un ton dur, mais c’était une réalité que tout le monde lui reconnaissait. Elle prit une douche rapide et s’habilla. Ils prirent le temps de manger avant de se réunir pour le départ. Isaki n’avait pas pensé au fait que Quang allait changé. C’était une idée assez étrange.
-Si ça se trouve tu deviendras un Neko comme ta nouvelle maman. Ricanna Liam

Isaki ne put s’empêcher de secouer la tête. Elle allait lever le doigt pour lui envoyer des éteincelles aux fesses, mais Quang l’arrêta.
-Plus de magie pour toi tu te rappelles ? Et puis … * il plaça une tape derrière la tête de Liam*… je peux me défendre seul.

Isaki lui concéda le point en riant. Ils placèrent donc un sceau sur Quang et Isaki vient le serrer dans ses bras avant qu’il ne parte en premier.
-Fais quand même attention à toi d’accord ? Et essaye de ne pas revenir en centaure, sinon on va devoir agrandir ta chambre. Se moqua-t-elle

Ils rirent tous, et Quang partit. Ergaïl serra la main d’Isaki.
-Tu sais qu’il ne risque rien.
-Je l’espère. Je n’ai aucune idée de ce que ce type de changement peut provoquer chez lui. Et puis … C’est Quang. La première fois que nous sommes apparus au G.S, il est apparu au milieu d’une bande de brigand.
-C’est vrai ? S’étonna Clark.
-et oui. Ton père était destiné à devenir un héros. La première fois qu’il a tiré son sabre, ce fut pour protéger la veuve et l’orphelin. Railla t’elle.
-Pfff, un chevalier blanc en armure. Il n’a pas conscience que les filles préfèrent les bad boys maintenant ?

Cette remarqua les figea tous. Laissant sa marraine la bouche ouverte.
-Pardon ? demanda-t-elle

Clark ne put s’empêcher de rougir et se dandina un peu gêné.
-Ce n’est pas ce qu’il  faut dire ?
-Qui t’as mis cette idée en tête ?
-Et bien vu que nous allons passés un peu plus de temps sur Terre, j’ai demandé à Liam de m’apprendre vos us et coutumes. Il m’a expliqué que cela se passait plus ainsi.

Vu la tête de Isaki quand elle se tourna vers lui, le liam en question devient un peu vert.
-Qu’est ce que tu as encore appris à mon filleul toi ?

Il préféra ne pas lui répondre, et s’enfuit au travers du portail sous les éclats de rire d’Ergaïl. Isaki grogna en se tournant vers Clark.
-Bien, donc mon frère peut effectivement te parler d’un certain nombre de choses, mais pour ce qui est des cours pour les filles notamment … utilise un sceau d’oubli d’accord ? Les filles n’aiment pas les mauvais garçons. Elles préfèrent les gentils garçons ! J’en suis la preuve vivante.
-Il a dit que justement tu n’avais remarqué Ergaïl que lorsqu’il s’était, et je le cite, décoincé grâce à Akasuna.

Cette fois ce fut à Ergaïl de grogner.
-Je vais tuer ton frère.
-C’est complètement faux ! assura t’elle

Finalement ils ne purent aller plus loin. Clark tourna son regard vers le portail.
-Mon père est réapparu de l’autre côté.
-Allons le chercher avant qu’il ne se mette encore dans les ennuis.

Clark sourit à Ergaïl
-Je sais, j’y vais et je vous rejoins avec lui à l’alliance.

Ergaïl sourit et Clark disparut avant que sa marraine ne proteste. Elle soupira en se tournant vers son homme.
-tu sais que je déteste quand vous faites ça.
-Oui mais toi tu sais qu’en retour, je t’aime comme un fou.

Il l’embrassa tendrement, et elle lui répondit avec plaisir.
-Arrête de me distraire !

Ils finirent par disparaitre eux aussi,

**
*

Pour réapparaitre dans leurs quartiers privés à l’alliance. Ils n’eurent pas longtemps à attendre. Et Isaki sourit en voyant son frère. Elle ne s’était même pas rendus compte qu’elle avait retenu son souffle en l’attendant.

-Pas de pattes ni de queue ? je suis déçue. *Le salua-t-elle en venant le prendre dans ses bras* Re-bienvenue à la vie quang.

Ils ne prirent pas le temps de discuter plus avant et se préparèrent à rejoindre le tribunal. Quang et Isaki furent les premiers à se retrouver dans le hall. La jeune femme n’avait pas revêtue sa tenue de cuir habituelle, mais une tenue de tissue noire vaporeuse, qui ne cachait plus vraiment les rondeurs de sa maternité. Elle avait natté ses cheveux sur le côté, mais contrairement aux autres, elle avait prit le partit de ne pas mettre les insignes de son rang. Quang haussa un sourcil et elle lui sourit en caressant doucement son ventre.

-Je ne suis pas sûre de rester. Je ne sais pas si je souhaite vraiment me prononcer sur sa mort ou non. Alors pour le moment. Je préfère être à l’aise. Répondit-elle en haussant les épaules.

Elle scruta son frère.
-Alors ? Qu’as-tu vus ?

**
*

Peu après leur groupe finit par arriver par un portail devant une grande bâtisse qui se tenait au milieu de la plaine devant Tanavria. Sur le coup ils furent tous surpris. La plaine était noire de monde. Chiwen les rejoignit rapidement.
-Une place vous est réservée à l’intérieur.
-Que font toutes ces personnes ici ? je croyais que le procès serait retransmis. Interrogea Isaki
-Oh il le sera. Mais les réprésentants des peuples, ont décidés que tous devaient avoir la possibilité de faire leur deuil. Peu importe le temps que cela va prendre. Toute personne qui le désire, homme ou femme, pourront venir présenter leur charge. Tous les noms apportés, tous les griefs seront ajoutés aux accusations.

Isaki regarda longuement la foule massée dans la plaine et hocha la tête avant de suivre ses amis à l’intérieur.
-C’est une bonne chose. J’espère juste que la sécurité sera suffisante. On ne peut jamais savoir. Surtout avec Mawen dans la nature.

Ergaïl acquiesça.
-Je vais aller faire un tour. Assura-t-il

Il déposa un baiser sur le front d’Isaki avant de disparaitre dans ténèbres ls s’assirent dans l’ombre de l’estrade ou les représentants du G.S vinrent se positionner.  Et Akasuna fut amenée sous solide garde. Ils reconnurent notamment Ezio autour d’elle, et Isaki se sentit un peu mieux. Si elle ne faisait ne serait-ce qu’un faux mouvement, elle ressemblerait à un hérisson.
Le procès commença.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Jeu 15 Déc - 22:01

Le premier bébé d’une nouvelle génération. En réalité, celui qui aurait dû occuper cette place, veillait maintenant sur la future maman, qui était également sa marraine. Clark, qui n’avait pas pu vivre une enfance ordinaire à cause des plans de sa mère, avait à cœur de faire que cette nouvelle vie puisse profiter au maximum possible de la présence de ses deux parents. Certes, il fallait composer avec l’ensemble des membres des différentes familles, sans parler de celle de cœur qui étant en réalité la seule à connaître toute la vérité restait à proximité pour veiller au grain. Pourtant, même dans leur vie emplie de magie, certaines choses restaient complètement les mêmes, en l’occurrence la phrase : pour le bien du bébé, était redoutable.

- Tu devrais souffler un peu, marraine.
- Tout va bien.
- Cela a été une longue journée et tu es enceinte de huit mois. Tu n’es pas supposée t’activer autant, même si tu es résistante. N’oublie pas que ton corps ne compte plus sur ta magie, donc tu ne pourras pas assurer autant qu’avant, temporairement. Pense un peu à toi pour une fois.
- Je t’assure qu’il n’y a pas de problèmes !
- Pour le bien du bébé ?
-Fais attention Clark, on dirait ton père !
- Je sais bien, mais pour le moment, ce dernier ne peut pas forcément autant s’assurer que tu ne fasses pas de bêtises, puisqu’il n’a plus ses pouvoirs. Je veux juste qu’il ne t’arrive rien. Cette petite compte beaucoup pour nous tous, je pense. Elle va être le symbole du changement. L’arrivée qui va concrétiser l’ère de paix pour laquelle nous avons tous lutté, Papa et toi avant chacun d’entre nous.

Les choses changeaient. Une page de la grande histoire était sur le point d’être écrite dans les jours à venir, pourtant, il ne fallait pas oublier que derrière ce qui marquerait sans doute les décennies à venir, d’autres choses avaient lieu. C’est ainsi que Quang rejoignit sa sœur, afin de savoir comment cette dernière se sentait. Certes, ses pouvoirs n’étaient plus présents, mais sa sensibilité elle, était  toujours à l’affut. Après un échange typique où chacun essayait de deviner les attentions de l’autre, Isaki avoua un point pour le moins inquiétant sur sa santé. Accepter le pire pouvant arriver. Sacrifier sa sœur d’âme pour permettre à la fille de celle-ci de vivre. A cette vie à venir, qui indubitablement aurait un lien avec lui, possèdant toutes les chances de grandir dans un monde sans danger, autant que faire se pourrait.

- Ce n’est que dans le pire des cas. Mais je t’assure que je ne laisserai rien t’arriver. Avec ou sans pouvoirs, tu seras avec nous, et tu vivras pour ta fille. Il est hors de question, que cette enfant, soit orpheline. Jamais.

Quang avait traversé des années sans ses parents, et cela restait un sujet sensible pour lui. Alors il ferait tout pour que personne d’autre ne vive ça, surtout parmi ses proches. Après cela, il se tut et la prit simplement dans ses bras. Tous les deux avaient tout traversé ensemble. Alors ce moment de joie serait aussi dans leurs souvenirs, à tous.  Par la suite, une petite argumentation eut lieu sur le film qui allait occuper la soirée, mais la principale intéressée sembla se tourner vers un grand classique : Le Bal du Lion d’Or. Les hommes eux, prirent finalement un bon film d’action.

*
**

Le Lendemain était la veille du grand jour. Un procès qui allait être sans précédent, et qui le resterait sans doute. Le plus grand ennemi de la liberté dans l’histoire du GS allait être jugé. Plus personne n’était logiquement en possibilité de l’aider. La seule qui pourrait agir était normalement encore affaiblie, mortellement, de son combat contre Isaki. Pourtant, toutes les sécurités seraient prises. Quang ne réfléchissait même pas à tout cela. Aujourd’hui, il allait repasser un portail. Après être mort et revenu à la vie. Ce qui était, à sa connaissance, inédit. Tout le monde lui souhaita bonne chance, à sa manière. Puis d’un pas décidé, le nippon franchit le portail.

La salle de la révélation ne s’était pas modifiée. L’endroit était tel que dans son souvenir, mais ce qui l’y attendrait se trouvait lui, vraiment différent. Pourtant, Isaki avait véritablement accompli un miracle. Malgré quelques traits plus félins, le jeune homme n’avait aucun mal à se reconnaître. De plus, la base de ce qu’il était, l’épée, était toujours-là. Tsurugi. Peu importe la vie et la mort, c’est ce qu’il était. Une lame cherchant à pourfendre les obstacles afin d’ouvrir le chemin. Même reforgé, c’est ce qu’il restait.

Pendant son passage intérieur, Isaki elle put découvrir que son filleul avait fait d’autres découvertes. Pas nécessairement les meilleures d’ailleurs… Mais cela laissa au groupe de nouvelles occasions de se décontracter après la tension présente suite à la disparition de Quang. Clark aurait sans doute des conversations à tenir… Pour éviter des erreurs avec Misiki par exemple… Mais chaque chose en son temps.

Liam se retrouva plus ou moins rapidement en mauvaise posture, du fait des aveux de Clark, qui ne chercha pas à mentir à propos du responsable de ses pensées récentes. Comme quoi sur certaines choses, le mage des sceaux était encore comme un enfant, un peu trop influençable.


- Eh bien… ne viendrait-il pas de faire preuve de lâcheté ?
- Au vu de la colère de sa sœur, et de la mienne là tout de suite, cela vaut sans doute mieux. Pour les filles, il n’y a pas vraiment de recette miracle. Je ne vais pas te dire qu’il faut être un chevalier blanc ou un bad boy. Les deux facettes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Sois simplement toi-même, et fait attention à celle que tu aimes. La suite viendra avec le temps.
- D’accord, merci Ergaïl.

Cette journée-là se passa plutôt à la redécouverte du Tsurugi, et si ce dernier n’avait ni oreilles, ni queue, il était évident que sa souplesse elle était passé à un niveau anormal pour un être humain. Déjà que ce dernier était avant difficilement atteignable à cause de sa vitesse, lorsque ses pouvoirs seraient de retour, il pourrait sans doute s’amuser aux dépends de ceux qui se confronteraient à lui. Quang rendit son étreinte à sa sœur avant de s’adresser à tout le monde.

- Vu mon arrivée à Tanaveria, je sais que je reste un mage. Pourtant, certaines des gênes de Neko doivent être présentes, puisque mes canines sont plus prononcées, et que j’ai une souplesse que je n’avais pas avant. Là-bas, j’ai reçu l’armure que tu vois, et tout semblait flou sur le départ. A force de me focaliser j’ai réussi à remarquer un shuriken qui flottait partout dans la pièce à haute vitesse. En fait, je pense que mon nouveau pouvoir va prendre en compte la vitesse et le coté tranchant de mes derniers pouvoirs, et la façon dont tu arrives à léviter avec tes flammes. Mais bon, pour le moment, rien ne s’est déclenché.

La première fois, il lui avait fallu une situation risquée pour que son pouvoir intervienne… Le Tsurugi espérait que ce ne serait pas le cas cette fois. Qu’il pourrait prendre le temps de la découverte au calme, mais il espérait que cela se ferait rapidement quand même, qu’il puisse réutiliser au moins les sceaux basiques. Pourtant bien vite, les affaires martiales reprirent le dessus et tous durent aller préparer ce qui était le dernier acte d’un combat commencé des décennies auparavant, bien avant que tout le groupe n’y soit mêlé. Tous se couchèrent tôt et se tinrent prêts pour le lendemain.

*
**

Si le lieu du procès avait en soi une taille tout à fait normale, la population alentour avait, elle de quoi surprendre.  Personne dans le groupe ne s’était attendu à un tel rassemblement, même s’il était évident que tout le GS allait avoir le regard tourné vers cet endroit dans les jours à venir. Après tout, c’était la planète toute entière qui était concernée par les conséquences de ce qui se passait dans cette plaine. Clark posa un sceau invisible sur la tenue de son père. Ce dernier restait certes un excellent épéiste, mais au vu de son absence de pouvoirs, prudence était mère de sureté. Malgré son arrestation, et la fin du combat de l’armée rouge, certains extrémistes du groupe étaient encore en liberté, en commençant par Mawen. A n’en pas douter, si combat il y avait, Isaki et Quang seraient des cibles. Voilà pourquoi tous les deux étaient marqués. Akasuna fut amenée sous solide garde, l’air toujours aussi fier, malgré sa situation. Certains n’arrivaient pas à soutenir son regard et préféraient détourner les yeux. D’autres la maudissaient à voix basse. Parmi les dirigeants du GS qui se trouvaient à une place d’honneur, avec tous les insignes représentant leurs différentes fonctions, Dame Eowithraviel se leva.

- Peuple du Gensouteki Sekai. Bienvenue aujourd’hui à cette réunion extraordinaire du tribunal martial des peuples unifiés. Nous sommes ici afin de juger des crimes de guerre commis par une personne au cours des dernières décennies qui ont opposées l’armée dite du Sable Rouge aux forces de l’Alliance.

Les paroles qui avaient été présentes depuis que tous étaient là, et notamment l’arrivée de l’accusée, semblèrent disparaître. La voix de la dirigeante des Elfes sembla se répercuter partout. A travers l’ensemble de leur monde, tous les représentants des peuples libres pouvaient voir cela se dérouler en direct, grâce à un ensemble inédit d’outils magiques.

- Généralement, les décisions du tribunal martial dépendent des voix des dirigeants élus des différents peuples, et des Hauts Gradés de l’Alliance. Seulement, au vu de la situation pour le moins singulière de la personne présentée devant nous ce jour, c’est vous, peuple du GS qui déciderait en votre âme et conscience de son sort. Chaque adulte pourra, une fois l’ensemble du procès déroulé, exprimer sa voix qui sera comptabilisée. La décision sera prise à la majorité.

La magie avait sans aucun doute ses avantages, pour ce genre de choses.

- Le Tribunal va juger de l’affaire suivante, les peuples unifiés contre la personne de Taedan Akasuna. Les premiers chefs d’accusation retenus contre cette personne sont : utilisation de ses pouvoirs de manière contraire à la loi, destruction de biens matériels et immatériels, création d’un groupe dissident échappant à toute autorité légale, tentatives multiples de coups d’état dans les différentes contrées des peuples unifiés, machinations, attentats, terrorisme, manipulations mentales, kidnappings, meurtre, essai de domination mondiale, violation du traité sur le secret de l’existence du monde magique, attaques à l’encontre de différents représentants des nations terriennes. A cela va venir s’ajouter les griefs de chacune des personnes présentes à l’extérieur de ses murs et qui souhaite faire connaitre à ce tribunal sur quel motif ils souhaitent se porter partie civile.

C’est ainsi que démarra un défilé pour le moins impressionnant de personnes qui se firent entendre  le plus souvent pour allonger la liste des victimes des exactions des membres de l’armée des Sables rouges. L’écoute de l’ensemble des volontaires sur ce point, ne prit pas moins de trois journées complètes, puisque des milliers de personnes s’étaient installées à l’extérieur, montant un véritable camp fortifié autour du Tribunal. C’est donc au début du quatrième jour de procès que commencèrent réellement les débats, après que les membres de l’Alliance aient également dévoilé leurs griefs entretenus contre la femme qui avait mené, tant d’années durant, une véritable hécatombe. Après tout cela, Eowithraviel reprit la parole et s’adressa à Taedan qui avait écouté chacun sans se départir de son air détaché.

- Conformément à sa volonté, l’accusée Taedan Akasuna sera son propre défenseur. Que plaidez-vous pour l’ensemble des chefs d’accusation évoqués au cours des journées précédentes ?
- Je plaide non coupable. Je ne reconnais pas comme légitime le cadre selon lequel vous décidez de juger mes actions. Depuis des siècles, les différents peuples vivent divisés, sous la houlette de personnes qui ont été selon vos dires des élus du peuple… Pourtant, quand je vois les représentants qui me font face, et le peuple qui a défilé devant moi au cours des dernières journées, je ne remarque que peu de points communs. Les Hautes Autorités, comme elles se font appeler, sont complètement déconnectées du quotidien. Engluées dans leurs habitudes, confortées par les élites qui ont tout intérêt à maintenir cet aveuglement, les populations de ce monde ne savent plus penser par elles-mêmes. Elles préfèrent se laisser mener par des personnes qui ont réussi à s’extraire de la masse par la manipulation, en leur laissant croire que cela est mieux pour eux. Tout cela afin qu’une oligarchie de personnes s’amusent de petites guerres de pouvoir, afin de tromper leur ennui et le passage du temps. J’ai été rejeté du fait d’une vision différente de ce monde, d’une vision unifiée, où chacun peut faire valoir son avis, tel qu’il soit, dans le sens le plus vrai du mot démocratie. Des décisions venant du peuple, ou des peuples, et non pas d’une minorité qui s’entraine et reste cloisonnée afin de perpétuer à l’infinie une parodie de liberté. Seulement, pour arriver à cela, il fallait modifier le monde, de manière marquée. Raser l’existant afin de poser des nouvelles fondations, saines.

Taedan souffla une seconde, puis reprit son récit.

- Seulement, je savais que mon pouvoir, seul, bien que conséquent et me désignant ainsi comme fer de lance de cette révolution, ne suffirait pas. J’ai commencé à chercher ceux qui au fond d’eux, pensaient comme moi. Nous nous sommes réunis, et il y a des décennies de cela, avons tenté de nous faire entendre des personnes qui étaient en place. Vos prédécesseurs.  Seulement voilà, aucune de ces personnes soi-disant bien attentionnées ne pouvaient accepter l’idée que les populations décident de tout par elles-mêmes. Ces derniers nous ont chassés, et poussés à l’exil à cause d’idées considérées comme trop dangereuses. Par la force de la magie et des armes. C’est ainsi que je me suis retrouvé dans la zone dévastée, avec mes partisans. Vous ne compreniez que la force. Ne parliez que le langage de la Domination. Ainsi, en voyant le nombre de personnes qui au fur et à mesure étaient rejetées de ce système, j’ai décidé d’ériger un groupe capable de vous faire comprendre que mon avis pouvait être audible. Vous nous avez oppressés à nouveau, par la force militaire. C’est alors que nous aussi, nous avons pris les armes, pour nous défendre. Il n’y a pas de victoire sans sacrifice. J’ai lutté, avec un idéal en tête, et le combat a continué, puisque vous avez été endoctriné dans l’idée que nous étions la menace au système. Seulement, lorsqu’un système est corrompu, il faut l’effacer pour repartir sur des bases saines. Ce que j’ai tenté, désespérément, jusqu’à ce que vous trouviez une personne pour s’opposer à moi. Une personne qui ignorait tout de ce monde, et n’a pu interpréter mes actions que de manière limitée. Son esprit terminant de se fermer lorsqu’il apprit que malheureusement, des membres de sa famille avaient été les victimes  d’actions précédentes. J’ai voulu libérer les peuples de carcans bien plus puissants que des prisons, puisque implantés dans leurs esprits dès le plus jeune âge. Pour cela, je devais créer un choc capable de les sortir de cet hébètement, en traversant les ténèbres pour en faire ressortir la plus puissante des lumières. Si je suis coupable de quelque chose… C’est d’avoir échoué à cet objectif et du coup d’avoir vécu assez longtemps pour endurer le rôle de la personne nuisible.

Toutes ces paroles avaient été étayées de différents exemples d’actions menées, qui dans sa bouche, paraissaient presque pouvoir être justifiées, et presque nourrir un but noble. Elle n’était pas une folle cherchant la domination absolue, mais au contraire un soldat vivant uniquement pour son but, et prête à tout sacrifier dans sa réalisation, s’il le fallait. Après des heures à l’entendre parler pour sa défense, Quang demanda à pouvoir prendre la parole et s’avança.

- Taedan… J’ai été durant des années, un obstacle récurrent pour toi. Dans les derniers temps, alors que tu avais rejoint l’Alliance sous un faux nom, j’ai même appris à apprécier certains traits de personnalité de la femme qui a partagé des entrainements, et des situations difficiles. Je ne suis pas en capacité de juger si le système existant est le meilleur possible. Chaque vision à ses avantages et ses inconvénients et rien n’est parfait, car l’être vivant ne l’est pas. Ta plus grande erreur, a été de ne pas voir l’extrémisme de ta vision. Si tu étais restée sur les bases de ce que tu évoques, sur cette confrontation des mots, cette tentative de discussion et de persuasion, peut-être aurais-tu pu changer les choses. Il est difficile, pour le vivant, de quitter une situation de sécurité pour un milieu inconnu, et de modifier le quotidien rassurant. Ce genre de choix, se prend avec le temps, et des expériences de plus en plus longues. En répondant à la méfiance armée, par la force militaire, tu as toi-même condamnée ton idéal, et t’es perdue dans les méandres du ressentiment et de la noirceur présente dans chaque cœur.

Le Tsurugi avait une mine proche de la compassion, malgré toutes les souffrances endurées par la faute de cette unique femme.

- La plus magnifique des émotions humaines est l’amour. Mais c’est également la plus dangereuse de toutes. C’est par amour de tes idéaux que tu as agis, et c’est avec un amour à des valeurs profondes que j’ai répondu. Nous nous sommes blessés, tous. J’ai été l’un des architectes à ta venue en ce lieu. Il ne m’appartient pas cependant de décider quel sera ton sort, en ce jour. C’est aux différents peuples de voter afin de savoir si tu seras enfermée jusqu’à la fin de tes jours, ou bien si ta vie s’achèvera à la fin de ce procès. Je dirai juste que d’un point de vue personnel, j’accepte tes raisons. La douleur m’empêche d’oublier ou de pardonner ce que tu as fait. Je ne le pourrais pas. Sans doute jamais. Mais je te laisse soumise à la décision de ceux que tu as bafoué,  expérimentant ainsi ce que tu as cherché à instaurer depuis si longtemps par la contrainte physique : une décision collégiale d’échelle mondiale. Pour ma part, je ne prendrais pas part à ce vote, mais je respecterai leurs volontés.

Puis Quang décida de retourner à sa place. Il n’avait plus rien à dire. Il avait évoqué auparavant les noms de certaines des victimes innocentes des actions de cette femme, tout en se demandant où pouvaient bien être deux personnes en particulier : Ergaïl et Clark. Le premier assurait sans doute une surveillance, au cas où Mawen apparaîtrait… Mais que pouvait bien faire son fils ? Lui qui durant la majeure partie de sa vie avait vécu au sein des sables rouges, avant de les quitter, prendrait-il la parole ? Viendrait-il ? Ce dernier n’était pas venu au matin de cette journée… D’autres personnes demandèrent également la parole et furent entendues. Puis une fois que plus personne n’eut quelque chose à ajouter, Eowithraviel lança la procédure de vote.

Chaque personne vivante sur le GS, où qu’elle soit tant qu’elle était majeure en vertu des lois présentes dans son pays, vit apparaître devant lui une petite console. Sur cette dernière apparaissait trois boutons identiques. Celui de gauche condamnait Akasuna à mort, celui du centre représentait l’abstention de vote, et celui de droite l’enfermement à perpétuité. Chaque voix comptait pour une seule, quel que soit le rang de chacun. Bientôt tous sauraient le sort réservé à Taedan Akasuna.

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Isaki Kishi
Neko Du Feu
avatar

Messages : 2017
Date d'inscription : 10/01/2010
Age : 23
Localisation : là ou se trouve ma liberté

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: neko du feu
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Lun 6 Nov - 18:58

La plaine noire de monde avait grandement impressionné Isaki. Elle ne s’était pas attendue à ce qu’autant de monde souhaite venir s’exprimer. La bataille finale avait eu lieu il n’y a pas si longtemps, et elle aurait cru que les habitants des différents pays seraient plutôt en train de reconstruire, ou d’apprendre à revivre. Elle ne pouvait pas dire qu’elle ne comprenait pas, chacun avait besoin de faire son deuil à sa manière, mais pour sa part, elle avait juste hâte d’en terminer avec tout cela. De laisser cet épisode noir derrière eux. Elle rejoignit ses amis à l’intérieur, saluant les personnes qu’elle connaissait. Dame « Eowie » comme elle l’appelait (et oui, elle n’était toujours pas fichue de prononcer son nom, heureusement pour elle, cela ne faisait que l’amuser), vint leur indiquer qu’on leur avait réservé des places à l’intérieur. Elle sourit en apercevant la Neko.
- Comment va la future maman ? Demanda-t-elle amusée alors que tout le monde avançait
- Comme un cachalot. Je ne me reconnais plus. Blagua Isaki

Eowie hocha la tête amusée, et leur indiqua leur place dans la pièce.
- Ce sera bientôt fini. Assura-t-elle

Isaki croisa son regard avec un demi-sourire. Qu’est-ce qui serait bientôt fini ? Sa grossesse ou ce procès ? La dame des elfes décidemment lisait bien dans le cœur des gens. Ils allèrent s’installer sur le côté, et Isaki choisit de se placer dans un recoin près du mur. Elle était quasiment invisible comme cela, et elle pourrait ainsi s’esquiver si les choses devenaient trop longues ou lourdes pour elle. Liam vint s’assoir derrière sa sœur, et Quang à sa gauche. Les places donnant sur l’extérieur étaient pour Clark et Ergaïl quand ceux-ci reviendraient. Isaki ne put s’empêcher de sourire, en remarquant le petit manège de leur groupe. Chacun travaillait si bien avec les autres, qu’ils se plaçaient de manière optimale afin de se protéger les uns les autres. Elle était peut-être enceinte pour le moment, et donc considérée comme plus faible qu’eux, elle restait à une place centrale pour venir en soutien de ses frères en cas de besoin.
- Qu’est ce qui te fait sourire comme ça ? Demanda Liam
- Je vous adore, c’est tout. Répondit sa sœur en déposant un baiser sur sa joue.

Liam regarda Quang en fronçant les sourcils, se demandant ce que cela voulait dire, celui-ci lui répondit par un haussement d’épaule. Ce qui, dans leur langage codé, voulait probablement dire : « laisse tomber, ce sont les hormones ». Cette idée fit sourire la jeune femme, qui déchanta vite en voyant arriver Taedan.

Instinctivement, elle posa sa main sur son ventre, prête à se défendre si besoin était. Mais Quang avait fait du bon travail, elle était définitivement privée de pouvoir. Malgré cela, la brigade d’Ezio l’encadrait en la surveillant avec méfiance, elle autant que le public, et elle était enchainée. Ils la firent asseoir sur une chaise au centre d’un sceau d’emprisonnement, et attachèrent ses chaines dans le sol. La Neko jeta un coup d’œil rapide dans la salle, et remarqua plusieurs de ses connaissances armées. Quang et Liam faisaient de même, les mesures durent les satisfaire eux aussi, car finalement ils se détendirent. Et le procès commença.

Les représentants du G.S s’exprimèrent en premier, au nom de leur territoire, mais aussi au nom de ceux qui n’avaient plus personne pour parler à leur place. Le cœur de la jeune femme se serra quand elle se rendit compte que quelqu’un avait pris la peine de noter chaque nom de chaque personne tombée pendant les combats, ou durant les coups en traitre de leurs ennemis. Elle frissonnait à chaque fois qu’elle en reconnaissait un, et Quang vint prendre sa main dans la sienne.
Tous les deux avaient commencés cette épopée ensemble, il était donc normal qu’ils la finissent ensemble, mais elle put voir à la ligne de sa mâchoire que lui aussi était crispé. Les noms continuaient à défiler, encore et encore. La salle se vidait et se remplissait au fur et à mesure que les gens venaient à parler, ou que les heures avançaient. Finalement Clark Et Ergaïl vinrent les rejoindre quelques heures plus tard. Ergaïl fronça les sourcils en la voyant assise à sa place et les rejoignit rapidement.
Il s’assit face à elle, et prit sa deuxième main dans la sienne.
- Ou étiez-vous ? Souffla-t-elle. On commençait à s’inquiéter.
- Clark et moi, on tenait à vérifier toute la sécurité. Vu le nombre de personnes présentes, ce fut un peu plus long que prévu. Mais tout va bien. Rassure-toi. Et ici ? Comment ça se passe ?
- Ils ont terminé d’énumérés les noms des personnes qui n’ont plus de famille, il y a un peu plus d’une demi-heure. Ce ne fut pas une partie de plaisir.

Les deux hommes hochèrent la tête, et laissèrent les choses continuées. Finalement une heure plus tard, Ergaïl se tourna de nouveau vers elle.
- Tu devrais peut-être rentrer pour aujourd’hui. Souffla-t-il

Isaki fronça les sourcils en regardant au dehors, il faisait déjà nuit noire, et elle ne l’avait pas remarqué. Elle tenait à rester présente pour toutes les personnes qu’ils avaient perdues. Elle allait ouvrir la bouche pour refuser mais Liam la coupa
- Nous allons rester nous, mais aujourd’hui tu dois prendre également soin de ma nièce. Alors rentre te reposer quelques heures au moins, d’accord ? Ce procès est loin d’être terminé.

Elle devait l’avouer, elle était également fatiguée, mais elle ne tenait pas à partir. Elle tourna son regard vers Quang, qui haussa un sourcil dans sa direction. C’était son regard qui voulait dire : « ne me force pas à entrer dans la partie, ou tu le regretterais ». Elle lui tira la langue en réponse, et se leva discrètement.

- A tout à l’heure.

La jeune femme sortit dans la nuit noire, par une porte dérobée. Il faisait certes nuit, mais au dehors, des centaines, voire des milliers de feu de camps avaient été allumés. Les gens s’installaient pour la nuit. L’ambiance était lourde, alors qu’ici et là des hologrammes miniatures représentaient ce qui se passait à l’intérieur. La jeune femme observa autour d’elle. Il n’y avait aucun enfant dans les parages. En un sens, cela la réconforta. Ils avaient dû être interdis de s’approcher de la zone. Une bonne décision, surtout s’ils venaient à se passer quelque chose. Ergaïl, la rejoignit quelques secondes plus tard.
- Tu ne restes pas ? S’étonna-t-elle
- Je me souviens très bien, de toutes les personnes que j’ai vu tomber, et ma mission pour le moment, est de protéger ma famille. Je me suis dit que tu préfèrerais que je te ramène plutôt que de devoir marcher jusqu’au portail. Et puis comme ça, je ramènerai quelque chose à manger pour tout le monde en revenant.
- Bonne idée. Je meurs de faim aussi.

Ergaïl lui sourit affectueusement en la prenant dans ses bras.
- Tu es un vrai ogre tu sais ça ?

Elle lui tapa doucement sur le bras.
- Baka ! Ne te moque pas.
- Jamais. Et si ça peut te rassurer, saches que Clark a préparé le dîner avant de partir, et que ce ne sera pas de moi. Répondit-il en l’embrassant sur le front.

Elle ne put s’empêcher de rire à cette remarque.
- Tu t’en étais rendue compte alors ?
- Je me rends compte de tout ce qu’il se passe autour de toi. Ou veux-tu rentrer ? Ou est-ce que tu te sentiras le mieux ? Au temple, ou au Q.G pour être plus près d’ici ? Demanda-t-il sérieusement


Elle ne put s’empêché de lui sourire, et de l’embrasser rapidement. Voilà pourquoi, elle l’aimait autant. Il comprenait toujours ses besoins, et ses pensées, et les acceptaient tels quels. Elle réfléchit un instant, mais la réponse lui parut logique en soit.
- Au temple. Nous y serons toutes les deux plus en sécurité.

Ergaïl acquiesça et la prit dans ses bras, ils disparurent en quelques instants pour réapparaitre sur Terre.
- Au fait, je croyais que toute magie avait été annulée sur le lieu du procès.
- C’est le cas, mais j’ai eu une petite discussion avec Ezio, au regard des circonstances, vu que tu ne dois pas utiliser de magie, et que Quang est pour le moment hors circuit, je me suis débrouillé pour que nous ayons une dérogation.
- Tu t’es débrouillé ? Ezio, n’est pas du genre à lâcher facilement prise normalement.

Ergaïl fronça les sourcils amusés
- Je n’ai pas dit que je lui avais laissé le choix.

Ils rirent tous les deux, et se détendirent au cours du repas. Ils parlèrent plutôt de la chambre du bébé, et de comment ils allaient l’aménager. Cette dispute tout à fait normale sur la couleur qu’ils voulaient sur les murs, leur firent à tous les deux le plus grand bien. Ergaïl ne retourna au G.S qu’après s’être assuré que sa belle était bien endormie, et avoir placé un des sceaux d’alerte qu’avait concocté Clark pour eux.

Il réapparut directement dans la salle du procès, reprenant sa place discrètement alors que tout le monde avait le regard rivé sur l’estrade. Il fit passer un sac plein de sandwichs dans leurs rangs.
- J’ai loupé quelque chose ?
- Rien d’anormal en tout cas. Répondit Liam en dévorant son sandwich en premier.
- Tant mieux. On devrait se relayer pour toujours être présent au moins un ou deux d’entre nous, mais également allez se reposer. Si j’en crois ce que j’ai vu dehors, c’est très loin d’être finis.


**
*

Le procès continua ainsi pendant trois jours, Isaki s’absentait régulièrement pendant quelques heures, mais simplement parce qu’elle n’avait pas le droit à la magie pour tenir le choc elle. Sinon, elle n’aurait pas quitté la salle. Bien que ses hormones de future maman la fissent souvent se mettre à pleurer, même si c’était silencieusement, l’un des garçons lui tendait toujours un mouchoir avec un regard compatissant. Eux-aussi avaient tendances à avoir l’œil brillant devant certaines histoires. Finalement le flot de plaignants se tarit, et on décréta enfin la fin du procès. On se tourna vers eux, pour savoir s’ils voulaient s’exprimer. Certains hésitèrent. Isaki quant à elle secoua négativement la tête. Elle ne souhaitait pas prendre la parole. Pour elle, ce combat s’était achevé quand elle avait réussi à ramener son frère à la vie. Et maintenant elle ne souhaitait qu’une chose : Avancer.

Quang prit tout de même le parti de parler pour eux. Il fallait tout de même qu’ils s’expriment. Il était mieux pour tout le monde que ce soit lui.


- Taedan… J’ai été durant des années, un obstacle récurrent pour toi. Dans les derniers temps, alors que tu avais rejoint l’Alliance sous un faux nom, j’ai même appris à apprécier certains traits de personnalité de la femme qui a partagé des entrainements, et des situations difficiles. Je ne suis pas en capacité de juger si le système existant est le meilleur possible. Chaque vision à ses avantages et ses inconvénients et rien n’est parfait, car l’être vivant ne l’est pas. Ta plus grande erreur, a été de ne pas voir l’extrémisme de ta vision. Si tu étais restée sur les bases de ce que tu évoques, sur cette confrontation des mots, cette tentative de discussion et de persuasion, peut-être aurais-tu pu changer les choses. Il est difficile, pour le vivant, de quitter une situation de sécurité pour un milieu inconnu, et de modifier le quotidien rassurant. Ce genre de choix, se prend avec le temps, et des expériences de plus en plus longues. En répondant à la méfiance armée, par la force militaire, tu as toi-même condamnée ton idéal, et t’es perdue dans les méandres du ressentiment et de la noirceur présente dans chaque cœur.

Le Tsurugi avait une mine proche de la compassion, malgré toutes les souffrances endurées par la faute de cette unique femme.

- La plus magnifique des émotions humaines est l’amour. Mais c’est également la plus dangereuse de toutes. C’est par amour de tes idéaux que tu as agis, et c’est avec un amour à des valeurs profondes que j’ai répondu. Nous nous sommes blessés, tous. J’ai été l’un des architectes à ta venue en ce lieu. Il ne m’appartient pas cependant de décider quel sera ton sort, en ce jour. C’est aux différents peuples de voter afin de savoir si tu seras enfermée jusqu’à la fin de tes jours, ou bien si ta vie s’achèvera à la fin de ce procès. Je dirai juste que d’un point de vue personnel, j’accepte tes raisons. La douleur m’empêche d’oublier ou de pardonner ce que tu as fait. Je ne le pourrais pas. Sans doute jamais. Mais je te laisse soumise à la décision de ceux que tu as bafoué, expérimentant ainsi ce que tu as cherché à instaurer depuis si longtemps par la contrainte physique : une décision collégiale d’échelle mondiale. Pour ma part, je ne prendrais pas part à ce vote, mais je respecterai leurs volontés.

Quang revint s’asseoir près d’eux, et Isaki lui adressa un sourire.
- Joli discours.

Il y eut encore des débats, mais finalement un boitier apparut dans les mains de chacun. Les dirigeants laissèrent leur temps aux gens pour prendre leur décision. Chacun devait prendre sa décision en son âme et conscience. Isaki hésita un moment, mais finalement, elle appuya sur le bouton de la vie. Il y avait eu trop de mort. Taedan, ne pouvait pas mourir aussi rapidement. Elle avait fait souffrir un tas de personne. Il était temps qu’elle goûte à un peu de la souffrance qu’elle avait infligé.

Le sien disparut dès lors qu’elle appuya sur le bouton. Elle attendit patiemment encore une heure. Les commandes disparurent une par une. Le verdict allait bientôt être rendu. Le cœur de la Neko se serra. Elle prit la main de Quang de sa main droite, et dans sa gauche celle d’Ergaïl. Liam vint prendre sa sœur dans ses bras. Et Quang prit la main de son fils. Ils étaient unis dans ce qui se passerait.

- C’est bientôt fini. Murmura Ergaïl

Lui qui avait passé du temps sous la coupe de Taedan, était peut-être celui qui avait le plus envie de la voir disparaitre. Isaki l’avait observé du coin de l’œil. Il avait hésité un long moment. Mais finalement après l’avoir regardé, il avait appuyé sur le bouton de sa mise à mort. Elle ne désapprouvait pas son choix. Elle savait qu’il pensait juste à protéger leur fille. Un bébé qui n’avait toujours pas de nom. Alors que bientôt, elle devait naitre. Elle était d’accord avec Ergaïl, il était temps que tout cela se termine.

- Le verdict : La mort.

La salle qui retenait son souffle jusque-là. Se figea carrément. Isaki ferma les yeux, ce n’était pas ce qu’elle voulait, mais c’était tout de même un soulagement que la décision soit prise. La Neko se leva la première, et quitta la salle. Tout le monde était encore figé. Mais c’était terminé.
Elle se retrouva dehors. Elle marcha jusqu’à la lisière du camp, et s’arrêta pour regarder le ciel. Ses amis finirent par la rejoindre. Elle se tourna vers ses amis.
- Quand ?
- Dans trois jours. Le temps que la nouvelle se répande.

Liam voulut prendre la parole, mais elle le coupa.
- Si tout le monde en a fini ici. Si on rentrait ? Une bonne dose de normalité, ne nous fera pas de mal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quang Tsurugi
Admin - Mage Épéiste
avatar

Messages : 2461
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 28
Localisation : Osaka

Description du Personnage
Age: 21 ans
Type GS: Mage épéiste
Equipement:

MessageSujet: Re: End of an era   Lun 13 Nov - 21:37

Il était si étrange de se dire que tous approchaient de la fin de toute cette histoire. Certes, Quang savait que bien des choses seraient encore à faire. Une fois le procès terminé, toute la population du Gensouteki Sekai devrait encore apprendre à revivre sans une menace permanente. De plus l’Alliance n’aurait pas encore terminé son travail puisque des personnes dangereuses, à l’instar de Mawen, étaient encore dans la nature.

Pourtant, il était impossible de se tromper sur le fait que ce qui était en train de se passer était d’une importance capitale. Il suffisait de voir à quel point la plaine choisie était emplie de monde. Le Tsurugi avait beau chercher dans sa mémoire, peu importe l’endroit, il ne lui avait jamais semblé voir autant de monde. Heureusement, son agoraphobie était de l’histoire ancienne, sinon venir ici aurait sans aucun doute été mortel.

L’ensemble de leur groupe progressait donc lentement vers la tente qui protégeait l’endroit où se passerait le jugement. Alors qu’ils passaient à travers des groupes de toutes les races, beaucoup levaient vers eux un regard de reconnaissance et de gratitude. Quang répondait souvent d’un signe de tête, tout en observant l’extérieur. Il avait beau ne pas savoir pour le moment comment se servir de ses nouveaux pouvoirs encore en sommeil, son inquiétude portait tout de même sur la sécurité de tout ce monde.

Après tout, quoi de plus tentant ? Les différentes populations s’étaient concentrées en un seul et même endroit. C’était nécessaire logistiquement, mais s’il réfléchissait en tant que membre des Sables rouges, ce serait une occasion de réussir à libérer le dirigeant historique de l’organisation, tout en faisant un maximum de dégâts. A ce qu’il voyait cependant, les dirigeants de l’Alliance avaient également pensé à tout cela. Des soldats bien visibles et en armes étaient présents sur le périmètre, mais ce n’était pas tout, dissimulés dans les différents groupes, d’autres semblaient être de simples civils, mais sur leurs gardes.

Ergail et Clark n’avaient pas tardé à disparaître pour vérifier l’ensemble de tout cela, tandis que Liam, Isaki et lui avaient continué vers l’intérieur. Chacun prit une place selon là où l’on s’attendait à les voir, tout en se plaçant de manière à ce que chacun soit sécurisé, y compris lui-même. Après tout, pour le moment, ce dernier ne pouvait plus compter sur la magie. Cependant les mesures prises étaient réellement excellentes. A tel point que ni lui, ni Liam ne trouvèrent quoi que ce soit à y redire.

La liste des personnes tombées durant toutes ces années de combat était inimaginable. Tant de noms… Si les premières personnes citées étaient des inconnus pour ceux de leur époque, puisque cette guerre avait démarré bien avant qu’eux n’y participent, plus la liste progressa, plus les noms commencèrent à évoquer des choses à leur groupe. Des personnes qui avaient cru, comme eux, que la liberté finirait par se conquérir à force de s’opposer à Taedan. Des alliés, des amis, des personnes qui avaient partagé avec eux aussi bien la joie des réussites que le goût amer de certaines défaites. Quang était heureux que tous leurs sacrifices n’aient pas été vain, mais aurait aussi voulu que toutes ces personnes puissent ne pas avoir payé cela si chèrement.

*
**

Le défilé des personnes présentes pour déposer leurs plaintes amena également Quang à relativiser son histoire personnelle. Certes, il avait énormément sacrifié à l’Alliance, pour le bien de tous, mais alors que l’on approchait des derniers chapitres de cette guerre, il s’en sortait bien : sa famille était près de lui, ses amis les plus proches étaient à ses côtés, ses parents étaient revenus d’outre-tombe pour ainsi dire, et leur groupe allait bientôt accueillir une nouvelle vie. Si on laissait de côté le fait que tous avaient manqué de mourir au moins trois fois chacun, ils n’étaient pas les plus à plaindre.

Nombreuses au contraire étaient les histoires concernant des personnes qui avaient presque tout perdu, famille, amis, demeure, dans la lutte contre les sables rouges. Des personnes qui avaient vu leur vie engloutie sous le sable, ou parfois des gens qui venaient parler pour les personnes qui étaient mortes durant le combat. Le nouveau projet d’Isaki, la fondation du Nouvel Espoir allait sans doute accueillir rapidement beaucoup de monde. Pas mal d’enfants de tous âges avaient perdu leurs parents et d’autres membres de la famille. La reconstruction serait longue et les stigmates resteraient sans doute présent durant un certain temps.

Le procès dura trois longues journées, le temps que tout le monde soit entendu, et qu’Akasuna puisse présenter sa défense. Malgré son opposition vis-à-vis de cette dernière, l’ancien mage-épéiste était forcé de reconnaître que ses arguments n’étaient pas si inconcevables. Après tout, la représentation indirecte des peuples avait des avantages, mais également des inconvénients. Parfois, certains des dirigeants se trouvaient trop éloignés du peuple, à cause de ce que l’on pourrait appeler les manœuvres de politique politicienne. Cependant, contrairement à ce que le Tsurugi avait pu voir sur Terre, les dirigeants des différents peuples du GS étaient prêts s’il le fallait à laisser leur poste du jour au lendemain à des personnes qui seraient estimées meilleurs. Après, il était probable que les choses viennent à bouger dans les temps à venir. Plus le temps passait, plus Quang se rendait compte d’une chose… La colère et la haine l’avaient quitté… Un certain ressentiment était encore présent, mais rien d’aussi prenant que ce que le mage avait connu précédemment. Quang avait commencé à tourner la page de toute cette douleur lorsque son ennemie avait été vaincue. Il se devait d’être présent, parce que personne n’aurait compris une décision contraire, mais lui-même avait tenu son rôle. Le reste ne dépendait plus de lui.

Chacun vota, et Quang observa à la dérobée les votes de ses proches. Ces derniers ne furent pas surprenants. Les Kishi et Clark votèrent pour l’emprisonnement à vie, tandis qu’Ergaïl lui fut pour la peine de mort. Au total des votes de toutes les personnes présentes, ce fut finalement la décision de la Mort qui fut décidée. Dame Eowithraviel s’avança au nom des dirigeants des forces de l’Alliance.


- Taedan Akasuna… les peuples libres ont choisi… Vous avez été reconnue coupable de l’ensemble des griefs retenus contre vous, et la décision du peuple est sans appel. C’est à la majorité que vous avez été condamnée à la peine de mort. D’ici trois jours, afin que la nouvelle puisse être connue, vous serez exécutée. Conformément aux lois martiales, cela se passera à huis clos, avec la méthode de la désintégration.

Quang soupira doucement, alors que sa main tenait toujours celle de son fils, qui lui tenait la main de sa grand-mère.  Ce choix était une bonne chose. Tout le monde pourrait voir, puisque cela serait sans doute retransmis, mais au moins partirait-elle rapidement et sans souffrance. Le pouvoir de l’un des exécuteurs allait dans un premier temps la couvrir, comme une sorte d’enveloppe semblable à une chrysalide, avant que cette dernière ne se sépare en des dizaines de milliers de fragments ressemblant presque à de la poussière d’étoile. Tout était fini. La décision était prise. Il ne resterait plus que sa mise en application. Le groupe commença à repartir, Isaki avant les autres. Il semblait d’ailleurs que la neko était partie avant l’annonce de la date fatidique.

- Je suis d’accord.


Quang fouilla dans son habit et en ressortit la petite clé ouvragée que les dirigeants lui avaient offerte quelques jours auparavant. Habitué d’utiliser ses pouvoirs, il l’avait presque oublié. Il la tendit devant lui, et fit le geste d’ouvrir une porte. Un rayon de lumière apparut, qui dessina rapidement une porte vers le temple d’Osaka. Tous passèrent et la porte se referma derrière eux, comme si elle n’avait jamais existé.

- Eh bien… Encore plus pratique que les portails. Incroyable.


Le jeune homme observa le ciel, qui était celui du début d’une journée, ce qui était étrange après tout ce qu’eux avaient traversé.

- Je ne sais pas ce que vous souhaitez faire, mais pour ma part, je crois que j’ai besoin d’un peu de temps pour moi. Le temple vous est bien sûr ouvert, mais je ne saurais pas rester là pour le moment. Je vais aller courir, et je vous rejoindrais plus tard.

Le nippon ne tarda donc pas à aller se changer, et à saluer ses proches en portant une tenue de sport. Ce dernier partit ensuite dans une course à un rythme régulier, d’abord lent, puis de plus en plus rapide. Il avait besoin d’y voir plus clair sur sa propre situation. Il avait sacrifié sa longévité, ou tout du moins la majeure partie de celle-ci, donc il ne vivrait plus logiquement des milliers d’années comme Liam. Peut-être juste deux ou trois centaines. Pour le moment, il se devait de penser à lui. Isaki allait avoir un enfant avec Ergaïl, son fils commençait à construire quelque chose avec Misiki, ses parents se redécouvraient, et Liam aurait son choix à faire.

Quant à lui… Les généraux allaient encore attendre une réponse de sa part. Malgré son manque de pouvoirs, allait-il continuer à œuvrer au GS ? En tant que médiateur, pour garantir la paix ? Les Dirigeants qui étaient présents jusque-là avaient tous vécu de manière longue dans la guerre. Serait-il possible pour eux de changer ? Cèderaient-ils leur place ? Les autres accepteraient-ils sont intervention ? Après tout, il n’était pas un homme de politique, malgré sa capacité à réussir à se faire entendre des uns et des autres. De plus, il lui fallait à lui aussi une réponse. Cela faisait presque une semaine maintenant, alors peut-être saurait-elle lui répondre. Quang regarda la clé qui le mènerait au GS, et se concentra sur un endroit en particulier.


*
**

Lorsqu’il y arriva, ce lieu lui parut toujours aussi impressionnant, et sans ses pouvoirs, limite intimidant. La demeure de la grand-mère D’Ary, Dame Lowell, était à la hauteur de l’importance de cette famille magique. Le majordome le salua avec un sourire et l’annonça. La maîtresse des lieux ne tarda pas à venir.

- Quang, bonjour.
- Bonjour à vous.
- Que me vaut le plaisir de votre visite ?
- Je me demandais si Arianwyn était présente ici.
- Non, pas actuellement. Je pensais qu’elle assisterait avec vous aux évènements.
- Elle a ressenti le besoin de s’éloigner et de faire le point, temporairement.
- Je le comprends. Pourtant, une chose m’interroge. J’en avais entendu parler, mais j’ai eu du mal à y croire… Pourtant de ce que je ressens, il semblerait que ce soit bien le cas. Vous avez réellement perdu vos pouvoirs ?
- En effet. Et retrouvé d’autres, même si ces derniers ne se sont pas encore manifestés.
- Vous espérez pouvoir protéger ma petite fille sans aucun pouvoir ?
- Rien ne m’empêchera de le faire. Je vous l’assure…
- C’est ce que nous allons voir. Essayez donc de me blesser, mage !

Un éclair fusa dans la seconde suivante, et Quang ne dut qu’à ses réflexes d’éviter cette attaque-là. Eh bien… Toujours aussi directe cette dernière. Elle continua les attaques, mais le Tsurugi n’était pas dupe. La grand-mère ne faisait que jouer avec lui, ne faisant que lui faire refléter à quel point ce dernier était redevenu, normal. S’en était frustrant. Après qu’elle en eut assez de le faire danser, un éclair plus vigoureux que les autres le fit voler sur quelques mètres. Heureusement son corps était encore entraîné, et il put réduire le contrecoup de la chute.

- C’est tout ? Rien de plus que n’importe qui avec votre niveau. Je suis déçue, moi qui pensait que vous vous révèleriez sous la contrainte. Ma petite fille a peut-être raison de vouloir vous quitter, pour votre propre bien !

Un nouvel éclair commença à voler à toute vitesse, puis ralentit brusquement. Du moins, Quang en eut l’impression. Son cerveau analysait tout de la même façon que lorsqu’il était en sérénité, et ce dernier accéléra brusquement, partant à quinze mètres de là où il se trouvait la demi-seconde précédente. Voilà qui lui rappelait quelque chose de connu… Un sourire vint sur son visage, comme un défi.

- Et si l’on passait au deuxième round, Dame Lowell ?

Esquiver les éclairs devint facile, alors que cette dernière y allait de plus en plus vivement. Sa vitesse d’exécution était de retour, et aucune douleur ne se faisait ressentir dans son corps. C’était incroyable. Il finit par rejoindre son adversaire, et posa sa lame qui était dans son fourreau sur le cœur de celle-ci.

- Je crois bien que je gagne.
- Oui… Décidément, il faut toujours vous mettre en danger pour que vous vous révéliez, Quang…
- Peut-être bien. Merci de votre aide en tous les cas, pour ce réveil.
- Faites attention cependant, votre vitesse semble naturelle cette fois, et ne plus être liée à la sérénité, si vous ne faites pas attention, vous pourriez finir dans un mur.
- J’en prends note, mais cela me changera d’être rapide sans douleur derrière.

Tous les deux se saluèrent, et Quang fit un autre petit test. Au lieu d’utiliser la clé, il forma le sceau des portails temporaires, qui se révéla efficace. Il ne resta pas, trop instable pour le moment, mais cela signifiait bien que sa magie se réveillait. Lorsqu’il aurait appris à nouveau à utiliser sa magie, cela reviendrait naturellement. En attendant, il se doutait de l’endroit où trouver Ary’.

*
**

La clé du GS lui permit de rejoindre ce que la jeune femme avait appelé des années plus tôt, le cercle des Druides. La demoiselle se trouvait-là, l’air perdu dans la contemplation de l’eau. Quang se montra juste au-dessus de son reflet et cette dernière se retourna.

- Quang ? Que fais-tu là ?

- Je suis venu te voir, quelle question ?
- Je ne pensais pas que tu viendrais. Tu dois avoir plein de choses à faire.
- C’est vrai, mais je ne peux pas les faire sans avoir une réponse à une question capitale.
- Laquelle ?
- Il y a quelques années, tu m’as dit qu’en venant ici et en se promettant un amour sincère, il n’y avait pas de raison que ce dernier ne se réalise pas. Alors je te le demande, veux-tu encore de moi ?

La demoiselle Cadell l’observa. Oui, elle avait eu besoin de réfléchir sérieusement.

- Il s’est passé tellement de choses… La dernière bataille, la capture d’Akasuna, la perte de tes pouvoirs, la naissance à venir de la fille d’Isaki…

Elle-même baissa les yeux un instant à ce moment-là.


- Je me suis demandé quelle était ma place dans tout cela, et même si ce serait encore envisageable pour nous, alors que tu n’es plus un mage… Je me demandais si le fait d’être avec moi n’allait pas continuer à te mettre en danger.
- Je comprends, et je ne t’en veux pas. Comment le pourrais-je en pensant toujours à la protection des autres ? Mais je ne pourrais pas avancer sans toi. Je serai bien plus en danger si tu n’es pas là que l’inverse. Quant à la naissance à venir, eh bien ses parents veilleront dessus, et nous aurons notre chance, plus tard, dans ce temps de paix. D’accord ?

La neko sourit doucement.

- Toujours positiver, hein ?
- Toujours. Surtout que…

Il ne dit rien et un courant d’air se fit sentir, alors qu’il l’avait ramené rapidement jusque devant la demeure de ses parents.


- Comment as-tu fait ça ?
- C’est magique ! Apparemment ma vitesse m’est revenue !
- Et la douleur ?
- C’est le meilleur. Il n’y en a plus. On dirait bien que je vais pouvoir jouer les bolides maintenant. Je crois que je pourrais même battre les elfes sans problème, maintenant, en vitesse pure !
- Quand sont-ils réapparus ?
- Tout à l’heure. Grâce à un peu d’aide de ta grand-mère.
- Je ne dois pas commenter ?
- Exactement. D’ailleurs, en parlant du GS, la décision concernant Akasuna a été prise. Elle sera exécutée dans trois jours. D’ici là, je te propose de rejoindre nos amis, si tu le veux bien, Ensemble. Après tout ma future nièce n’a pas encore de prénom.
- Allons-y, et tu as raison, vouloir nous séparer est une bêtise. Je t’aime, Quang.
- Je t’aime aussi, Ary’.

Après un long baiser, et un moment personnel de retrouvailles, le couple retourna donc grâce à la clé jusqu’au temple, où il faisait nuit désormais.

*
**

Tout le monde avait regardé Quang d'un air étrange quand ce dernier avait annoncé qu'il allait courir. Après tout, depuis que ce dernier avait perdu ses pouvoirs, il était le plus vulnérable d'eux tous. Le jeune homme avait secoué la tête en disant que de toute façon, ils avaient à eux tous bien assez de moyen pour savoir où il se trouvait en permanence et qu'avec le sceau que son fils avait posé sur lui il pouvait même être ramené de force auprès d'eux, donc que cela ne servait à rien de le garder entouré comme l'ennemi public numéro 1.

Après cela, une discussion s'était engagée sur les plans des uns et des autres pour cette première journée, une fois que chacun d'entre eux eut prit quelques heures de sommeil méritées.


- Qu'allez-vous faire aujourd'hui ?
- Puisque l'on a parlé de normalité, il faudrait que l'on se préoccupe un peu de ma future nièce.
- Justement, je pensais que l'on pourrait peut-être préparer la chambre du bébé.
- Les chambres plutôt. interrompit Marina avec un sourire
- Pourquoi les ? demanda Ergaïl
- Il y a la chambre que vous allez avoir au manoir d'Ergaïl, ainsi que celle que vous allez avoir ici, au temple.
- Quoi ?

Clark eut un sourire et proposa aux autres de le suivre, dans l'une des ailes d'habitation du temple. Ils remarquèrent qu'un mur avait été ajouté pour faire une séparation, avec une porte dont les futurs parents reçurent la clé, et quand ils entrèrent dans l'espace remarquèrent que le couloir se prolongeait sur l'équivalent de trois chambres.

En entrant dans la première, ils virent un espace dédié à leur bébé, du moins si l'on en jugeait les cartons de meubles non encore montés. Une porte communicante donnait sur une pièce manifestement faite pour eux, en fonction des goûts d'Ergaïl et d'Isaki. Enfin la dernière pièce était une salle d'eau moderne tout confort, également équipée pour le soin du bébé.


- J'imagine que papa aurait préféré vous faire la surprise, mais je suis heureux de vous faire découvrir ça. Il a dit que la couleur des murs était pour vous cependant, raison pour laquelle tout est blanc pour le moment. Vous n'avez plus qu'à choisir.


Tous les Tsurugi sourirent, heureux de voir la surprise et le bonheur dans les yeux de la neko et du mage. Cela leur ferait au total jusqu'à trois chambres à refaire, puisque maintenant que la famille s’agrandissait, peut-être que la chambre de Quang à l'appartement allait trouver une nouvelle fonction. Tous revêtirent ensuite une "tenue de combat" pour faire face à l'épreuve de la peinture et du bricolage. Clark observa avec curiosité son grand-père et ses amis commencer à sortir bien des choses étranges, des outils, comme lui apprit bientôt David.

- A quoi peut bien servir tout cela ? Ce sera rapidement fait avec la magie, non ?


Sa question semblait sincère, et marquait une fois encore la différence entre son habitude du GS et celle des terriens.


*
**

A voir les lumières et à sentir les odeurs, tous devaient être en train de préparer le repas dans la bonne humeur, lorsque Quang et Ary' furent sur le terrain du temple. Tous les deux entrèrent main dans la main et souriants.

- Désolé, je suis parti plus longtemps que prévu. Comment s’est passée votre journée ?

_________________




Parce que le meilleur moyen d'avancer est de se sentir soutenu, que ce soit en amitié ou en amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy-world.forum-actif.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: End of an era   

Revenir en haut Aller en bas
 
End of an era
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasy World :: Gensouteki Sekai :: Contrée dévastée-
Sauter vers: